Prochain événement    Gros Multi Onward jeudi 8 déc. à 21h00 !    du 08/12/2016 (21:00) au 08/12/2016 (23:45)

INTERVIEW
Interview : Breaking Fourth, quand le théâtre s'empare de la VR

Publié par
 @
le 10/01/2016 à 15:57
Il ya 10 ans, pendant qu'il terminait son mémoire de fin d'étude sur la relation gamer-avatar au Kings college de Londres, David Kaskel développait déjà un concept de théâtre complètement immersif en réalité virtuelle. Après avoir développé deux jeux indépendants dont l'un est distribué sur Steam (Urja), David crée l'année dernière son propre studio, Breaking Fourth, dont l'objectif est de monter des pièces de théâtre virtuelles.
 

Leur équipe de développeur travaille main dans la main avec quelques un des meilleurs metteurs en scène, scénaristes, décorateurs, acteurs et compositeurs de la ville de Londres afin de créer une toute nouvelle façon d'expérimenter la magie du Théatre. Les pièces qu'ils développent utilisent un mélange de capture de mouvement et d'image 3D pour plonger les spectateurs au milieu de la scène, ceux-ci ayant même la possibilité de participer au déroulement de l'intrigue. 

Avec les films ou les jeux vidéos, les événement narratifs se déroulent souvent à une vitesse différente de la vraie vie. L'illusion est créée en coupant/assemblant les scènes et en guidant l'attention des spectateurs directement vers l'information dont ils ont  besoin pour comprendre la progression de l'intrigue. 

Selon Breaking Fourth, le théâtre et la VR sont des médiums en temps réel. Au théâtre, l'action sur la scène se déroule souvent simultanément à de multiples endroits différents avec des spectateurs prenant le temps d'absorber l'information présentée. La densité de l'information montrée est bien plus grande comparée à un film, donnant au public la tâche de comprendre ce qui se passe sans qu'on leur dise directement. C'est la même chose avec la réalité virtuelle. 

 
CRTL, leur première pièce sortira en 2016
CRTL, leur première pièce sortira en 2016

Un autre concept clé c'est que la même représentation puisse être appréciée plusieurs fois en créant à chaque fois un résultat différent. On retrouve cette façon d'appréhender le théâtre avec des compagnies telles que Punchdrunk ou Dreamthinkspeack qui ont récemment produit une pièce appelée Absent sur Londres. Les spectateurs/utilisateurs ont la possibilité de se balader librement dans différentes pièces d'un hôtel pour vivre l'histoire comme ils le veulent. Il était possible de terminer le spectacle en 30 minutes ou en 2 heures en fonction de la vitesse à laquelle le spectateur voulait aller. Et justement, selon Breaking Fourth, la VR offre le même type d'opportunité : vivre l'expérience à sa manière, à son rythme. 

Très intéressé par leur approche novatrice car je n'avais pas encore entendu parlé de théâtre en VR (excepté quelques projets en vidéo 360 mais jamais en rendu 3D ) j'ai souhaité rencontrer l'équipe de Breaking Fourth pour ETR. Ils m'ont accueilli dans leur tout nouveau studio du nord de Londres afin de m'en dire un peu plus sur leur vision du théâtre VR et sur l'accueil que leur projet a reçu dans le monde du théâtre. 

Quelle a été la réaction des professionnels du secteur ?

Nous avons de super réactions ! Comme la réalité virtuelle ne vient que d'émerger sur le marché, la pluspart des gens n'ont pas expérimenté ce que c'est d'aller complètement dans un monde virtuel. Parfois, ils ont entendu parlé de l'Oculus Rift comme une technologie pour le monde des jeux vidéos mais dès qu'on explique nos pièces et qu'on leur montre quelque chose avec une super narration, à ce moment là leurs yeux s'éclairent et ils comprennent le potentiel de cette nouvelle forme de divertissement. Etre en mesure de distribuer des pièces facilement a aussi suscité de nombreuses réactions positives de la part des gens. On veut que de nouvelles personnes viennent au théâtre. Tout le monde a un smartphone aujourd'hui, donc la seule chose dont vous avez besoin maintenant ce sont les casques qui arrivent aujourd'hui sur le marché à un prix très raisonnable (c'était avant l'annonce du prix du CV1 vous l'aurez compris) pour pouvoir profiter des ces pièces.  

 
Quelle a été la plus grande résistance des professionnels ? 

La plus grand résistance des professionnels à laquelle nous avons dû faire face est la peur que cela diminue la fréquentation des théâtres. Aller au théâtre, pour beaucoup, c'est un événement. Cela implique de prendre un jour ou une soirée pour sortir avec des amis. En tant que passionnés de théâtre nous ne voulons pas changer ça ! Mais nous voulons apporter ce type d'expérience dans des parties du mondes qui n'ont pas de productions théâtrales. Nous voulons que les gens qui ne sont pas allés au théâtres depuis des années (ou jamais) regardent une de nos pièces et fassent l'expérience de la magie du théâtre.

Donc vous ne considérez pas le théâtre VR comme un possible substitut du théâtre réel mais bien comme une expérience totalement différente ?
Nous voyons le théâtre VR comme une nouvelle façon d'expérimenter le théâtre. Nous ne voulons pas remplacer un théâtre normal et nous essayons par ailleurs de ne pas le recréer à l'identique de ce qu'il est aujourd'hui. Nos pièces sont créées avec des techniques développées au théâtre, et ensuite en combinant le savoir faire d'écrivains, de metteurs en scène, d'acteurs... nous mettons cela en vie avec des images 3D pour la VR. Nos pièces sont plus proches d'une expérience théâtrale immersive où le publique explore de façon active plutôt que d'une expérience assise traditionnelle. 

Est-ce que vous envisagez de produire des classiques comme Shakespeare ou d'autres ?

Bien sûr, nous adorerions explorer la possibilité d'adapter du Shakespeare en VR. Pour nos premières pièces nous allons créer des expérience de 20 à 30 minutes. La VR sera le futur du divertissement et à mesure que la technologie va s'améliorer, le temps que le public passe à regarder de la VR va augmenter. C'est à ce moment là que nous envisageons d'explorer les grands classiques.
 

Vous allez travailler avec le format vidéo aussi ?

Les films en vidéo 360 sont vraiment à un stage de développement très précoce. La technologie pour créer des vidéos 360 convaincantes n'est pas encore vraiment là. Cela va être intéressant de voir comment ce secteur progresse et on gardera un œil dessus. 


Quelle différence faites-vous entre les pièces de théâtre VR et un film animé comme Henry ?

La plus grande différence est autour du processus de développement et du scénario. En travaillant avec des professionnels du secteur, nos pièces vont explorer des thèmes très différents et adresser un contenu d'une façon différente. Nos pièces sont provocantes et intéressantes. Les gens vont au théâtre pour être défiés et être confrontés à des idées qui remettent en question ce qu'ils connaissent. Le public apprend au sujet d'autres cultures et d'autres vies en étant ''co-présents'' avec les personnages pour un temps limité. La VR est le médium parfait pour faire cela.

Une des choses les plus importantes au théâtre c'est le partage de l'expérience et la dimension ''live''. N'avez-vous pas peur que les gens vous disent que votre projet ne respecte pas cela ? Et que diriez-vous pour les convaincre qu'ils ont tort ?

Comme la technologie est très récente, cela implique cerrtaines limitations. Nous avons testé la meilleure façon de rendre notre expérience « live ». Dans la première pièce que nous avons créé, CRTL, on suit l'histoire d'un adolescent, Liam, qui prend part au round final d'un tournoi de jeu. Liam a besoin de gagner cet argent pour être en mesure de quitter sa maison et fuir le cauchemar que sa propre vie est devenue. Le public regarde de l'intérieur du jeu vidéo, assis dans l'arène du tournoi. Le gameplay est en direct à chaque fois. L'intelligence artificielle est réglée de façon à ce que ce soit calculé en temps réel pendant la performance donc comme avec le théâtre, il y a donc la possibilité que quelque chose ne se passe pas comme prévu.
 

Est-ce que vous envisagez la création d'une vraie salle de théâtre dans laquelle les gens pourraient faire l'expérience de pièces VR, tous ensemble dans un même lieu avec potentiellement d'autres stimulations comme du vent, de l'eau, du son, des passages en réalité augmentée ?

En VR, avant et après la pièce, nous voudrions créer un espace virtuel pour le public. Nous voudrions permettre aux gens d'échanger, d'interagir et de passer un moment ensemble. La technologie qui permet les interactions en VR s'améliore très rapidement et nous sommes très intéressés par l'exploration de ce domaine là. Avoir un lieu pour la production en direct est aussi quelque chose que nous sommes en train d'évaluer. Le niveau d'exposition de la technologie est un facteur clé pour que la VR soit un succès. Puisque les versions commerciales de l'Oculus Rift et du Gear VR sont disponibles à l'achat, plus de personnes auront la chance de voir à quel point la VR est révolutionnaire. Un lieu ou nous produisons en Live serait une autre occasion pour le grand public de venir et d'essayer la réalité virtuelle dès maintenant et effectivement de voir nos pièces de théâtre en live.

 

Un grand merci à David Kaskel, Alyssia Frankland et à toute l'équipe de Breaking Fourth pour leur accueil. 

Site de Breaking Fourth : http://www.breakingfourth.com/

Vous pouvez télécharger le teaser de leur première pièce sur Oculus Share.
 


Tag(s) associé(s) : Théâtre, Interview
4 COMMENTAIRES

Connectez-vous pour commenter.