TEST
Omega Agent sur GearVR

le 02/01/2016 à 14:53
Omega Agent est un jeu que j'ai découvert grâce à une publicité originale. En effet, vous pouviez visionner sur le Gear VR une vidéo du jeu capturée à 360 degrés ce qui vous permettait de bien juger du rendu en jeu, de la qualité de sa 3D et de son gameplay. Il y avait certes pas mal de compression, mais cela restait à mes yeux la meilleure façon d'avoir un aperçu pour un jeu Gear VR en vidéo.
Ce jeu vendu 9.99€ va vous demander d'incarner un agent secret qui doit remplir ses missions à l'aide d'un Jetpack surarmé. Un concept de base intéressant mais suffit-il à faire d'Omega Agent un bon jeu ?
 
Votre bureau "d'agent"
Votre bureau "d'agent"
Omega Agent commence comme Bandit Six : Salvo et quelques autres jeux VR à savoir dans un bureau. Celui-ci fait bien penser à un film d'espionnage avec ses trois écrans face à vous, tout plein de machines remplies de boutons et bien sûr votre petit mug "Espion du mois" (indispensable). Ce menu est vraiment très réussi, avec une bonne impression de 3D et un maniement agréable. Pas d'utilisation du Touchpad possible dans ce jeu. Tout est à faire à la manette mais cela semble assez compréhensible vu que plusieurs actions seront à gérer en vol.

Vous avez donc devant vous un écran menu avec quatre options :
  • le mode Didacticiel (tout le jeu est en français)
  • le mode Libre pour vous balader sur la carte à la recherche des 28 plans cachés qui vous permettront de débloquer le Jetpack MK2 ou une des quarante mallettes qui vous permettront de débloquer le mode Nuit en mode Libre... on a vu plus attirant comme bonus.
  • le mode Missions plus classique faisant un peu penser à celui de Bandit: Six Salvo. Ces missions sont au nombre de 40, avec à chaque fois un score qui pourra vous permettre de gagner de une à trois étoiles. Ces étoiles débloqueront de nouveaux grades qui vous donneront systématiquement accès à 8 nouvelles missions. Lors des 8 premières missions, c'est globalement du tout bon, mais malheureusement vous allez vite vous rendre compte que les objectifs tournent trop rapidement en rond...
Les courses d'anneaux sont déclinées à toutes les sauces
Les courses d'anneaux sont déclinées à toutes les sauces
Une fois que vous aurez pris votre Jetpack en main, il sera grand temps de découvrir une des autres particularités du Gameplay : votre armement. En effet, votre Jetpack n'est pas seulement là pour se promener, il sert également à détruire plusieurs engins électroniques, que ce soit des drones ou des tourelles de combat. Pour en venir à bout, vous aurez à votre disposition la traditionnelle mitraillette mais celle-ci va très vite surchauffer. Elle a néanmoins l'avantage d'être aussi précise de près que de loin. Vous pouvez également opter pour le fusil à pompe à utiliser évidemment de très près. Son champ large pourra vous permettre de vous débarrasser de nombreuses unités ennemies en un seul tir. Et pour finir, vous aurez accès aux roquettes autoguidées très puissantes mais peu nombreuses et avec un temps de recharge assez long.

Vous vous rendrez assez vite compte que le Gameplay d'Omega Agent est un des gros point forts du jeu et pour rester sur les points forts, je ne peux pas omettre de parler de ses graphismes ! C'est simple, c'est pour l'instant le plus beau jeu que j'ai vu au Gear VR ! Île ouverte et assez grande avec une distance d'affichage loin d'être dégueu, textures de bonne facture, 3D stéréoscopique au top niveau... c'est beau, c'est coloré, ça donne de sacrées sensations...et c'est fluide en toute circonstance ! Une vraie petite démonstration de ce que peut faire le Gear VR, avec effets de vertige en perspective.

Voilà pour les bons points du jeu, on va maintenant passer à ce qui fache un peu... son contenu.
Les combats sont vraiment dynamiques
Les combats sont vraiment dynamiques
Bandit Six : Salvo est vendu pour 4.99$, mais c'est 9.99$ qui vous seront demandés pour Omega Agent et, malheureusement, le contenu ne suit pas et se révèle extrêmement répétitif. 40 missions, on pourrait se dire que c'est assez long !? Oui, mais la plupart de ces missions se finissent en 2 ou 3 minutes et vous aurez probablement les 3 étoiles sans problème jusqu'à la moitié de l'aventure. Fort heureusement, passé ce cap, le jeu se complexifie, et pas qu'un peu !

Dans les différents objectifs, nous avons les courses d'anneaux. Si le temps pour les parcourir est assez large au début, il sera vers la fin tellement serré qu'il ne permettra plus la moindre erreur. En plus de la course d'anneaux, nous avons la course d'anneaux... avec des pièces. Le concept est le même mais entre chaque anneau vous aurez des pièces à ramasser et chaque pièce manquée ajoutera deux secondes à votre temps. Pour rester encore dans la course, on a la course avec tir sur cibles. Vous devrez aussi aller d'anneau en anneau le plus rapidement possible mais vous trouverez sur votre chemin des cibles vertes et rouges. Les vertes diminueront votre compteur de 2 secondes, et les rouges de 5. C'est le mode qui m'a le plus amusé parmi les courses.

Ensuite, nous avons les modes Combats. Le premier vous demandera de rester dans une zone et de survivre face à des vagues d'ennemis tout en faisant le plus de points possibles. Chaque ennemi tué augmente votre multiplicateur qui retombe à zéro si le temps entre la destruction de deux ennemis est trop long.

Et pour finir, le mode B.O.S.S.. Il vous faudra aller à l'attaque d'une forteresse ennemie pour finalement tomber sur le boss qui sera évidemment d'une difficulté bien plus relevée et qui vous demandera de bien contrôler votre appareil. Sachez cependant que les trois Boss du jeu sont en fait trois fois le même avec seulement quelques différences dans ses variétés d'attaques.
Ce boss reviendra vous affronter 3 fois dans le jeu, de mieux en mieux armé.
Ce boss reviendra vous affronter 3 fois dans le jeu, de mieux en mieux armé.
J'ai ainsi enchainé ces missions avec plaisir, surtout que le Gameplay est pensé aux petits oignons, et c'est pour cela que j'ai été grandement déçu de m'apercevoir après moins de 2h de jeu que je venais de battre le dernier boss de l'aventure. L'aventure n'est pas pour autant totalement terminée car il vous reste alors une mission secrète qui se débloque seulement quand vous êtes en possession du Jetpack MKII...Vous vous demandez comment on débloque ce fameux MKII ? Et bien il vous faut trouver les 28 plans de l'appareil disséminés sur l'île en mode Libre. De la bonne durée de vie gonflée avec un objectif lourdingue comme on les aime ! Détestant chercher des trucs, je me suis volontairement passé de cet objectif surtout qu'il ne vous faudra évidemment pas vous attendre à trouver un guide sur internet. Vous pouvez cependant tenter de viser les 100% d'étoiles du jeu, ce qui vous fera peut-être doubler (au max) la durée de vie... Mais cela reste un peu maigre à mes yeux compte-tenu du prix.

Le verdict

GRAPHISMES
C'est du très beau ! Pas une trace d'aliasing, un univers coloré, une distance d'affichage tout à fait correct pour la taille de ces environnements. Omega Agent est pour l'instant le jeu qui m'a le plus impressionné visuellement en VR mobile.
De plus, aucune baisse de framerate en dessous des 60fps n'a été constatée sur toute la durée de mon aventure, chapeau !
AUDIO
Vraiment le strict minimum ici. Une simple musique avec un esprit Espionnage dans le menu du jeu mais une fois dans la partie, c'est le néant. Vous avez certes les bruits des poussées de votre Jetpack mais rien d'impressionnant et les ennemis eux non plus ne sont pas particulièrement bruyants. Il sera difficile de les repérer dans l'espace en vous servant de votre ouïe.
GAMEPLAY
Un excellent Gameplay ! On tient vraiment quelque chose de parfaitement pensé pour la VR utilisant astucieusement aussi bien le Gamepad pour les déplacements que le regard pour la visée. Passées les quelques minutes d'adaptation, on prend un véritable plaisir à diriger notre Jetpack avec une grande précision. Vraiment un gros point fort du jeu.

Attention néanmoins aux personnes sensibles à la motion sickness (cinétose), le jeu propose un gameplay assez rapide et les personnes les plus sensibles aux nausées en VR pourraient donc être touchées par le phénomène.
DURÉE DE VIE
Une durée de vie assez décevante, surtout que le jeu fait partie de ceux qui présentent les prix les plus élevés du Gear VR. Deux petites heures pour faire toutes les missions une première fois, et avec 90% des étoiles, c'est trop peu. Les plus acharnés pourront essayer de viser les 100% d'étoiles ce qui ne sera pas sans difficulté sur certains niveaux, et surtout débloquer le fameux MK2 pour accéder à la mission bonus du jeu, mais sachez que vous le ferez certainement d'avantage par pur besoin de complétion que par plaisir ludique. Il est d'autant plus rageant que le concept du jeu et son gameplay nous auraient aisément retenu bien plus longtemps...
RAPPORT QUALITÉ/PRIX
Avec une durée de vie de 2h pour finir le jeu une première fois et un prix de 9.99€, c'est trop cher payé. Et c'est d'autant plus décevant, que le jeu est foutrement bon ! Le rapport qualité/prix est donc au final son défaut le plus handicapant, et ce sera à vous de voir si vous êtes prêts à investir ce prix pour une expérience certes bourrée de fun mais qui se concluera bien trop rapidement.
NOTE GÉNÉRALE
  70/100

Conclusion

Une petite déception pour cet Omega Agent. Ce n’est pas que le jeu est mauvais, loin de là, c'est plutôt qu'il y avait de quoi faire tellement plus ! Beau, avec un Gameplay maniable, fun et parfaitement pensé VR, c'est peut-être l'expérience qui va vous donner le plus de sensations avec le Gear VR. Je peux vous dire que ma première impression était excellente !

Cependant, entre les objectifs qui se ressemblent beaucoup trop, le nombre d'environnements qui ne sont qu'au nombre de trois (dont deux bien en dessous du premier d'un point de vue visuel), et une aventure très vite bouclée, on ne peut pas s'empêcher de penser qu'il y a un certain gâchis.

Omega Agent pose néanmoins des bases très solides et si une suite voit le jour avec d'avantage de contenu, des environnements plus variés (un agent secret ça parcourt le monde après tout), et enfin un véritable travail sonore, alors on tiendra là un bon prétendant au titre de meilleur jeu Gear VR ! En attendant, on devra se contenter d'un jeu sympa... ce qui n'est déjà pas si mal.
 


Tag(s) associé(s) : Application, Test, Samsung Gear VR
4 COMMENTAIRES

Connectez-vous pour commenter.