Prochain événement    Gros Multi Onward jeudi 8 déc. à 21h00 !    du 08/12/2016 (21:00) au 08/12/2016 (23:45)

TEST
Atop The Wizard sur GearVR

le 24/01/2016 à 20:51
Atop the Wizard est un jeu qui s'est montré pour la première fois sur Gear VR à l'occasion de l'Oculus Mobile VR Jam de 2015. Le jeu avait alors été récompensé avec le prix de bronze. Le contenu a depuis bien évolué, mais le Gameplay reste le même. Vous incarnez un magicien qui, du haut de sa tour, tentera de stopper des vagues d'ennemis en leur envoyant des sorts magiques qu'il aura au préalable récoltés sur le terrain. Par la suite, vous pourrez ajouter à votre arsenal de défense des tourelles qui tirent automatiquement sur les ennemis et même des héros pour vous prêter main-forte. On tient donc un Tower Defense avec quelques spécificitées originales, et vendu 4,99 $. Bonne pioche ?
Le menu du jeu est assez austère
Le menu du jeu est assez austère
Au lancement du jeu, vous découvrirez un menu, certes parfaitement adapté à la VR, mais qui paraitra tout de même un peu fade, en comparaison des beaux bureaux de Bandit Six ou Omega Agent par exemple. On y retrouve donc le strict minimum, avec pour seul choix la sélection des niveaux qui sont au nombre de 30. Vous lancez votre partie pour découvrir les premières indications du tutorial, celui-ci va courir sur les trois quarts de l'aventure. Le jeu, en effet, explique les choses, très lentement, avec seulement quelques lignes explicatives par niveaux, ce qui fait que vous aurez probablement l'occasion d'assister au plus long didacticiel de l'histoire du jeu vidéo (en proportion de la durée de son aventure). Malgré cela, la jouabilité d'Atop est globalement assez simple. Pour commencer, le jeu est aussi bien jouable à la manette qu'au Touchpad et les interactions se font toutes avec un seul et même bouton. Les deux méthodes de contrôle s'adaptent parfaitement à la jouabilité. Vous aurez, comme dans la plupart des Tower Defense, des vagues d'ennemis qui suivront une route prédéfinie et qui tenteront d'atteindre un point stratégique. Contrairement à pas mal d'autres jeux du genre, vous n'avez aucun point de vie : un seul ennemi arrive à atteindre l'objectif et la partie se termine, ce qui demande une attention de tous les instants. Pour les arrêter, vous n'aurez au départ que vos sorts. Ces sorts ne sont pas illimités, ils vont apparaitre sur des stèles placées dans le niveau, avec toujours le même laps de temps entre la génération de deux sorts, mais avec un ordre d'apparition sur les stèles totalement aléatoire. Cela vous demandera de chercher sur quelle stèle un sort est apparu quand vous entendrez le petit "cling" (non spatialisé) signalant son apparition. Et si ce système se révèle acceptable dans les premiers petits niveaux, il devient complètement lourdingue dans les derniers niveaux qui sont grands et s'étendent presque tout autour de vous, avec parfois jusqu'à 6 stèles. Vous devrez alors tourner la tête dans tous les sens pour voir où est apparu ce fameux sort, tandis que les ennemis ne vous attendront évidemment pas.
Un petit tuto est dispo à chaque début de niveau
Un petit tuto est dispo à chaque début de niveau
Le système de génération des sorts n'est donc pas vraiment optimal, mais le système de lancement de ces sorts marche plutôt bien... au début ! En effet, quand vous aurez ramassé un sort, vous verrez que votre avatar représenté par deux mains flottantes (on incarne le cousin magicien de Rayman) tient son sort dans sa main droite. Il vous suffira alors de viser la zone où vous souhaitez lancer le sort, et de cliquer. L'effet de pixelisation du Gear VR étant encore présent, ce système marchera à merveille pour les petits niveaux, quand les vagues d'unité passeront près de vous, mais vous vous rendrez rapidement compte que viser un ennemi, quand il est à plusieurs dizaines de mètres de vous sera beaucoup plus compliqué, et vous raterez ainsi parfois vos cibles bêtement.

Quels sont les sorts en question ? Vous avez à disposition le sort de feu, jetant une boule qui explosera en touchant le sol dans un champ assez restreint. Vous pouvez également opter pour le sort d'eau qui fera une flaque au sol qui ralentira les ennemis. Le sort d'électricité lancera simplement un éclair sur une zone elle aussi restreinte. Enfin, le sort de terre fera apparaitre des lianes qui bloqueront les ennemis et les empêcheront d'avancer pendant quelques secondes avant de disparaitre. Les premiers niveaux ne vous demanderont donc rien d'autre que de lancer ces sorts sur les ennemis pour les empêcher d'atteindre leur but et vous découvrirez que certains ennemis sont résistants à certains sorts ou faibles fâce à d'autres. Par la suite, vous découvrirez votre deuxième moyen de vous défendre : les tours.
Le lancement des sorts n'est pas toujours aisé
Le lancement des sorts n'est pas toujours aisé
Les tours sont basiques dans leur genre mais leur création reste cependant un peu originale. Il vous faudra toujours ramasser les sorts sur les stèles, mais plutôt que de les jeter directement sur les vagues d'ennemis (ce que vous pourrez toujours faire), vous pourrez viser une des tours déjà placée sur la carte pour lui assigner un pouvoir et la voir attaquer automatiquement les ennemis. L'aspect stratégique de ces tours est par contre assez limité, avec un choix qui va globalement vous demander de vous adapter aux différentes faiblesses de vos ennemis. Ces tours attaquent pratiquement toutes de la même manière, sauf la tour de feu qui a un rayon tellement limité qu'elle va se révéler inutile dans la plupart des cas.... Ce coté gestion de tours n'est donc pas des plus palpitants, et leur placement étant déjà assigné de base sans possibilité d'ajout, la stratégie est réduite au strict minimum. Heureusement, votre 3e moyen de défense est lui un peu mieux géré. Il s'agit des héros.

Pour invoquer un héros, vous devrez une fois de plus ramasser un sort sur la carte puis l'utiliser sur un temple que vous pourrez trouver sur la map. Chaque sort donnera un héros différent, et chaque temple permet d'avoir 4 héros à la fois. Ces temples étant au maximum au nombre de deux sur la carte, cela pourra vous donner 8 héros à gérer. Invoquer un héros avec un sort électrique vous donnera un chevalier, parfaite unité de défense qui se sert de son épée pour ralentir la progression des ennemis avec une bonne défense mais une attaque assez faible. Un sort de feu invoquera un Dragon, unité qui attaque à distance (courte) avec des boules de feu, dont leur puissance dépendra de la faiblesse de ses ennemis. Le sort d'eau invoquera un mage d'eau qui attaquera exactement de la même façon que le dragon, mais avec un attribut d'attaque différent. Et pour finir, les sorts de terre invoqueront des petites elfettes qui soigneront vos unités...ou qui devraient le faire logiquement. Malheureusement, leurs IA sont globalement assez foireuses, et je ne compte même pas le nombre de fois où j'ai pu rouspéter car un de mes soldats se faisait attaquer pendant que l'elfette juste à côté restait parfaitement immobile. Un atout qui sera donc de taille mais quand l'IA sera réveillée seulement.
Les héros, vos fidéles compagnons un peu neuneu
Les héros, vos fidéles compagnons un peu neuneu
Une fois que vous aurez donc assimilé ces différentes facettes de la jouabilité, vous pourrez enchainer les 30 niveaux de l'aventure, et découvrir un autre point faible du jeu : 30 "niveaux" ne veulent pas dire 30 "cartes" différentes. Car non seulement l'environnement est toujours le même (un désert), mais les cartes ne sont au final que 5 ou 6 et reviennent sans cesse tout au long de votre aventure. Donc oui, les graphismes du titre sont assez plaisants, mais la lassitude va très vite s'installer à force de refaire et refaire exactement les mêmes niveaux, avec seulement les vagues d'ennemis qui varient. Ajoutez à cela que le jeu n'a qu'une seule musique, qui est elle même une boucle de 10 secondes...

Au final cette répétition de cartes permet de gonfler artificiellement la durée de vie qui a été pour ma part de 2h30 pour débloquer le niveau 30... puis près de 3h pour tenter en vain de finir ce fameux dernier niveau. En effet, la difficulté du jeu est globalement très simple sur toute son aventure, puis, subitement, pour vous donner une impression de "défi", les deux derniers niveaux ont une difficulté totalement abusée, avec comme toute dernière vague du niveau 30 des unités ennemies surpuissantes qui vous attaqueront des deux cotés et qui ne feront qu'une bouchée de vos 8 gentils héros. Donc oui, je m'étais fait la promesse de toujours finir les jeux que je testerais, mais là, après avoir passé plus de temps sur un seul niveau que sur les 29 autres, je jette l'éponge, et je vous souhaite bonnes chances au cas où il vous prendrait l'envie d'affronter ce fameux trentième niveau.


"Jeu en français. Texte seulement."
 

LE VERDICT

GRAPHISMES
Atop The Wizard n'est pas moche, il est même assez agréable à l'œil, mais les niveaux, en plus d'être peu nombreux, se ressemblent tous. Vous passerez donc plusieurs heures à voir du sable, du sable, et encore du sable...Déjà que le concept du Tower a un coté extrêmement répétitif, ajoutez à cela le sentiment de toujours faire la même chose et vous aurez l'impression d'incarner le personnage de Bill Muray dans le film un jour sans fin...
AUDIO
J'ai souvent reproché aux jeux de ne pas avoir de musique pendant leur phase de jeu. Hélas, il existe une chose pire pour un jeu que de ne pas avoir de musique, c'est d'en avoir qu'une seule ! Une seule musique, toujours présente dans les 30 niveaux du jeu, et n'étant elle-même qu'une répétition d'un morceau d'une dizaine de secondes... Je déteste la mélodie de ma sonnerie de réveil, et je déteste maintenant encore plus celle d'Atop The Wizard, même si elle correspond bien à l'environnement avec son côté Mille et Une Nuits... Entendre la même boucle mille et une fois, ça donne envie de chercher mille et un moyens de se crever les tympans.
JOUABILITÉ
La jouabilité a été testée aussi bien à la manette qu'au Touchpad, et le jeu ne demandant que l'utilisation d'un seul bouton, les deux méthodes seront aussi efficaces. Comme toujours, jouer au pad permettra de ne pas passer de longues minutes avec le bras levé. Quelques petits soucis sont au programme, comme la difficulté à viser les ennemis lorsqu'ils sont éloignés (surtout avec ces satanés boules de feu qui volent vers eux beaucoup trop lentement), et l'apparition totalement aléatoire des stèles qui va vous demander parfois de secouer la tête dans tous les sens comme un dératé, ce qui n'est pas quelque chose de super agréable en VR.
DURÉE DE VIE
La durée de vie, dans un sens purement mathématique, est assez bonne. 4,99 $ pour 2h30 de jeu, auxquelles s'ajouteront peut-être quelques heures pour finir le dernier niveau (même s’il reste aussi la possibilité que vous le réussissiez du premier coup et que je sois juste un gros naze), cela donne quelque chose de plutôt dans le haut du panier des jeux Gear VR. Hélas, comme dit plus haut, 30 niveaux ne veut pas dire 30 cartes, et le fait de répéter sans cesse les mêmes cartes, toujours dans le même environnement, avec seulement l'ordre des ennemis qui change, fait plutôt penser à de la durée de vie gonflée de façon bête et méchante.
RAPPORT QUALITÉ/PRIX
Le jeu a, certes, quelques défauts, mais à moins de 5 $ il reste le seul représentant du genre sur le Gear VR et pourra se révéler amusant à pratiquer de temps en temps sur de courtes sessions. Son rapport qualité/prix n'est donc pas fabuleux, mais on reste assez loin de la catastrophe à ce niveau. Le jeu se prenant en main facilement, il pourra de plus être une bonne initiation à la VR aux enfants de votre entourage.
NOTE GÉNÉRALE
  56/100

Conclusion

Atop the Wizard partait bien ! En effet, sur mes premières minutes de jeu, j'étais plutôt enchanté par son univers. Aimant beaucoup le genre Tower Defense depuis les fameux mods de Warcraft III, j'étais heureux de le voir ici adapté au Gear VR. Malheureusement, le jeu se prend assez vite le pied dans le plat. Délais de développement trop courts ? Moyens insuffisants ? Probablement les deux, mais on se retrouve ici avec un jeu qui va gonfler la durée de vie assez facilement en ajoutant simplement de nouvelles vagues d'ennemis dans les mêmes niveaux répétitifs que vous aurez déjà tous découverts dans vos 30 premières minutes de jeu. La difficulté, au début bien trop faible, va se corser en avançant dans l'aventure, mais malheureusement l'intérêt restera assez faible et la lassitude va vite prendre le dessus. Ajoutons à cela la jouabilité, qui s'adapte globalement bien au début, devient un vrai calvaire à la fin, et vous obtenez au final un jeu avec de bonnes bases, mais qui n'arrive pas à transformer l'essai. Aucune démo n'étant disponible, ce sera à vous de décider si vous aimez assez le genre Tower Defense pour débourser les 4,99 $ demandés pour vous procurer le titre.


Tag(s) associé(s) : Software, Test, Samsung Gear VR
1 COMMENTAIRE

Connectez-vous pour commenter.