TEST
Esper 2 sur Gear VR

le 27/02/2016 à 22:48
Esper 2 est la suite du premier jeu de réflexion du Gear VR auquel nous avions attribué la bonne note de 76/100. Esper était un bon jeu mais il présentait quelques défauts. L'objectif de cette suite semble assez clair : tous les gommer.

Le jeu reprend là où le premier épisode s'était arrêté : vous avez réussi votre examen d'entrée dans l'agence gouvernementale ESPR en tant qu'agent doté de pouvoirs télékinétiques et vous allez très vite être envoyé sur le terrain pour sauver le monde, tout cela sans bouger de votre chaise à roulette.
Le menu du jeu : plus classe que dans le premier Esper
Le menu du jeu : plus classe que dans le premier Esper
Au début de l'aventure, vous retrouverez l'instructeur du premier épisode que vous entendrez seulement en voix-off avec une qualité de doublage toujours aussi excellente. Il va vous faire un petit discours qui sera l'occasion de vous présenter une des nouvelles fonctionnalités : vous pourrez parfois répondre au protagoniste en faisant oui ou non de la tête. Une fonction qui sera malgré tout assez peu utilisée et n'aura aucune incidence réelle dans le déroulement de l'histoire.
Une fois le speech terminé, il va tester vos pouvoirs en vous demandant simplement de faire rentrer une balle et un cube dans les réceptacles qui leur conviennent, l'occasion pour les joueurs du premier épisode de se rendre compte que le gameplay déjà excellent s’est vu encore amélioré. Plus besoin de viser parfaitement le réceptacle avant de relâcher l'objet tenu dedans, il suffit désormais de placer l'objet à une certaine distance de son réceptacle et il se positionnera tout seul à l'intérieur rendant la manoeuvre encore plus simple (ce qui n'est pas un problème pour un jeu comme Esper où la difficulté vient de la complexité de ses énigmes, pas de sa maniabilité).
 
Le système de "trophées" du jeu
Le système de "trophées" du jeu
Une fois cette phase de présentation terminée, la porte devant vous va s'ouvrir et vous faire découvrir la seconde nouvelle fonctionnalité de cette suite : les déplacements. Pas de vrais déplacements ici, tout est pensé pour être joué avec le touchpad du Gear VR. Il vous suffira de toucher la flèche affichée devant vous pour être téléporté dans la pièce suivante et si le premier épisode ne comptait qu'une seule pièce, cette suite contient pour sa part tout un tas d'environnements différents : dépaysement garanti ! Mais pour le moment, le lieu où vous vous trouvez n'est autre que le complexe top secret de l'agence ESPR dans lequel vous allez passer tout un tas de tests dans des salles différentes qui vont mettre vos capacités à l'épreuve une dernière fois avant d'aller sur le terrain. C'est l'occasion d'entendre une seconde voix-off, féminine cette fois : celle du grand boss de l'agence. Là où le premier Esper n'avait qu'un seul doubleur du début à la fin, c'est ici 4 protagonistes qui vont s'adresser à vous avec en guest la star anglaise Nick Frost (Shaun of the Dead, Good Morning England, Paul...), qui jouera un personnage très nigaud et vraiment marrant.
Les 4 doubleurs font tous de l'excellent travail et on est clairement dans le top du doublage de jeux-vidéo.
 
On vous demandera parfois de faire "oui ou non" de la tête
On vous demandera parfois de faire "oui ou non" de la tête
Vous voilà enfin sur le terrain dans une sorte de temple Maya rempli de mystères et qui est l'occasion de constater que si Esper était graphiquement d'un bon niveau, sa suite est dans le top de ce que l'on peut trouver sur le Gear VR. Le style graphique cartoon et coloré passe superbement bien dans le Gear VR et provoquera un émerveillement de tous les instants dans des lieux qui seront de plus en plus loufoques et inspirés au fur et à mesure de votre aventure. Ce temple Maya vous permettra d'ailleurs de découvrir que les énigmes ne vous demanderont plus simplement de faire rentrer des objets dans leur réceptacle mais pourront également exiger de remplir des objectifs parfois bien différents toujours en utilisant vos pouvoirs télékinétiques et toujours sans bouger de votre chaise. En effet, vous allez parcourir le monde assis sur une chaise roulante de bureau. Cet aspect qui pourrait prêter à sourire aide beaucoup à l'immersion, le jeu ayant un gameplay se jouant assis, et se voulant de toute façon second degrés du début à la fin.
 
Le temple Maya est l'occasion de varier les énigmes
Le temple Maya est l'occasion de varier les énigmes
Une fin qui sera d'ailleurs bien plus longue à pointer le bout de son nez que pour le premier épisode car si Esper pouvait se finir en moins de 2 h, il vous faudra entre 3 et 4 h pour finir cette suite (3 h 30 personnellement), et tout cela pour le même prix recommandé à savoir 9,99 €. Le nombre d'énigmes est en quantité bien plus importante dans cette suite qui est également bien plus variée. Cependant, la facilité du premier opus est toujours de la partie et j'ai rarement bloqué plus de 5 minutes sur une énigme. On reste toujours assez loin de la difficulté de certains titres du genre comme la série des Portal ou The Talos Principle. Les énigmes pourront cependant être parfois assez longues à résoudre avec des interactions se faisant sur plusieurs plans et vous demandant par exemple de tourner autour d'une surface pour faire naviguer une balle dans des conduits. Finissons sur le scénario qui est lui aussi bien plus travaillé que celui du premier, le jeu faisant penser à une parodie humoristique de vieux James Bond (voire à un épisode d'Inspecteur Gadget). Rien de particulièrement marquant non plus à ce niveau, mais on prend tout de même plaisir à écouter les différents protagonistes interagir entre eux avec une mention spéciale pour le méchant de l'histoire qui a un accent anglais, le rendant aussi classe que ce que ses discours sont ridicules. Toute cette histoire se finira évidemment dans un environnement très "James Bondien", où vous pourrez enfin découvrir pourquoi le méchant est si méchant !
 

LE VERDICT

GRAPHISMES
Esper 2 est vraiment très beau. Si Anshar Wars 2 était impressionnant d'un point de vue plus technique, avec de grands environnements et des tas d'ennemis à l'écran, pour Esper 2 c'est sa direction artistique qui va vous scotcher dans votre siège.
En effet, les développeurs se sont visiblement permis toutes les folies et vous découvrirez en avançant dans votre aventure des lieux de plus en plus improbables, faisant parfois penser à un trip sous acide.
AUDIO
Si Esper 2 ne va pas particulièrement vous marquer avec ses musiques assez discrètes même si toujours adaptées au contexte, il en est par contre tout autre de ses doublages. Ils font partie de ce que le jeu-vidéo a pu nous offrir de mieux dans le domaine. Des doubleurs professionnels visiblement bien dirigés ont fait un boulot excellent pour renforcer notre immersion dans l'univers du jeu. La qualité est telle que même si vous ne verrez aucun d'entre eux du début à la fin, vous allez très vite commencer à vous imaginer le look de chacun d'eux, leurs mimiques... même si je dois bien avouer que pour Nick Frost... et bien j'imaginais forcément Nick Frost.
GAMEPLAY
C'est simple, Esper 2 est à mes yeux l'exemple d'une jouabilité parfaitement adaptée pour le Gear VR. Durant les 3h30 de mon aventure, pas une seule fois je me suis senti "limité" par le touchpad. Toutes les interactions répondent parfaitement. Se toucher le lobe frontal pour exercer des pouvoirs télékinétiques, cela parait naturel. La maniabilité est donc aussi bien pensée qu'exécutée.
DURÉE DE VIE
Esper 2 est pour l'instant le jeu le plus long disponible sur le Gear VR avec Anshar Wars 2. De plus l'ennui ne pointera jamais le bout de son nez tout au long de l'aventure avec une histoire qui restera intéressante du début à la fin et des énigmes plus inventives les unes que les autres. De plus, Esper 2 va vous faire voyager, ce qui fait que vous n'aurez jamais l'impression de faire la même chose.
NOTE GÉNÉRALE
  84/100

Conclusion

Esper 2 est une belle réussite sur le Gear VR et c'est actuellement le jeu qui m'a donné le plus de satisfactions sur le support. Pour commencer, sa jouabilité est une petite merveille, car il se prête bien à l'utilisation du Touchpad du Gear VR. Esper 2 fait partie de ces rares jeux où vous n'aurez jamais le sentiment de manquer de votre manette ou de votre clavier/souris. L'univers est des plus enchanteurs, avec tout un tas d'environnements tous plus beaux les uns que les autres et qui provoquent un véritable sentiment de "présence". Puis parler d'Esper 2 c'est aussi parler de ses doublages d'une grande qualité. Pas une seule fausse note à signaler sur les presque 4 h de l'aventure, tous les comédiens jouent leur personnage avec brio et contribuent à rendre cet univers vivant. Bref, pour toutes les personnes qui aiment les jeux d'énigmes et qui possèdent un Gear VR, Esper 2 est un indispensable, assurément.
 


Tag(s) associé(s) : Software, Test, Samsung Gear VR
0 COMMENTAIRE

Connectez-vous pour commenter.