TEST
Land's End : la relaxation sur Gear VR

le 16/04/2016 à 15:59
Land's End est un jeu Gear VR qui a fait pas mal parler de lui, car il est développé par le créateur d'un des plus gros succès smartphones de ces dernières années, Monument Valley. On retrouve d'ailleurs la patte artistique du créateur avec des environnements colorés et épurés, et un Gameplay aussi simple que relaxant. Land's End est donc un jeu enchanteur et qui part sur de bonnes bases, mais tient t-il la route sur la durée... ?
Votre aventure commence à la sortie d'une caverne...
Votre aventure commence à la sortie d'une caverne...
Au lancement de Land's End, vous découvrirez que contrairement à d'autres jeux Gear VR, on vous laisse ici le choix d'un Gameplay debout ou sur chaise pivotante où vous ferez vous-même les rotations, ou un Gameplay plus traditionnel à la manette où vous aurez à presser les gâchettes L et R pour faire de petites rotations sur vous-même, rotations qui seront effectuées par déplacements instantanés pour limiter la cinétose. Au niveau des interactions, c'est simple, vous n'aurez besoin d'aucun "bouton" que ce soit au Touchpad ou à la manette, le jeu se basant simplement sur le centre de votre regard pour interagir avec votre environnement. Il vous suffira en effet de fixer un point d'interaction un peu plus de 2 secondes pour le sélectionner.
 
Une première "énigme"
Une première "énigme"
Land's End vous lâche sans explication sur une ile colorée où vous aurez devant vous un petit point blanc au loin. Fixez-le donc quelques secondes pour voir votre personnage "léviter" vers lui à une vitesse très lente pour éviter toute nausée et vous faire avancer dans cette île. Ces points blancs vont vous faire avancer petit à petit, en vous faisant très souvent passer par de petits chemins au bord de précipices avec un sentiment de vertige bien présent. Par ailleurs, le côté épuré des graphismes aide à réduire la perception du screendoor (effet de grille), ce qui fait que regarder toute l'île en étant à son sommet donne un sentiment de grandeur réellement plaisant en VR.
Mais Land's End n'est pas une simulation de randonnée (pas que cela en tout cas), et vous allez vite atterrir devant une sorte de porte faite de rochers, avec gravé sur leurs faces un triangle, quelques petits points, et un rond. Ce mécanisme qui sera l'élément de gameplay principal du jeu se comprend très facilement. Il vous suffit de pointer le triangle du doigt pour faire apparaitre un trait de lumière qui part du triangle et suit votre vue. Mais essayez d'éloigner votre vue un peu trop du triangle, pour toucher pourquoi pas le rond à son opposé, et le trait de lumière se "cassera". Servez-vous donc plutôt de ce trait de lumière pour l'envoyer sur un des petits points disséminés devant vous. Vous verrez le point s'éclairer et la ligne rester tracée entre le triangle et ce point. Vous suivez ? Continuez donc votre avancée entre les points, en choisissant toujours le point le plus près pour ne pas casser la ligne et vous finirez par atteindre le rond, ce qui va l'illuminer en bleu, et activer la porte devant vous.
 
Les sensations de hauteur sont très bien retranscrites
Les sensations de hauteur sont très bien retranscrites
Ce premier aperçu des mécanismes du jeu est donc simple et on pourrait se dire que le niveau va devenir bien plus compliqué par la suite. Cependant, vous verrez au final que ce ne sera pas vraiment le cas. La totalité de l'aventure se fera sans jamais avoir à vous torturer les méninges, le but de Land's End étant visiblement bien différent : la relaxation. Que ce soit dans son univers enchanteur ou dans son ambiance sonore toute droit sortie d'un guide audio de méditation avec le chant des mouettes et le bruit des vagues, Land's End est au final de très loin le jeu le plus relaxant que j'ai pu tester en VR, bien plus que certaines applications spécialement conçues dans un but de relaxation. De plus, Land's End a aussi le gros point fort d'être le jeu qui m'a donné le plus gros sentiment de présence de tout le catalogue du Gear VR. Une présence que vous ne ressentirez pas forcément dans le premier niveau, mais qui m'a frappé dans le second, avec son vaste paysage faisant penser à la Normandie où le rendu de son eau est incroyablement réaliste pour le Gear VR. À partir de ce moment, on commence à oublier lentement que l'on porte un casque sur la tête et on se laisse guider par l'aventure en appréciant la ballade et en résolvant quelques énigmes jamais prises de tête... Hélas, la ballade sera de courte durée.
 
Ces petits bonhommes sont un point central du jeu
Ces petits bonhommes sont un point central du jeu
55 minutes, c'est le temps qu'il m'a fallu pour venir à bout des 5 chapitres de Land's End, ce qui est pour l'instant le jeu le plus court que j'ai pu tester sur le Gear VR. Et il fait pourtant partie des plus chers avec un prix de 9,99 €... Il est donc extrêmement frustrant de se rendre compte qu'une expérience aussi agréable est au final aussi courte, son concept se prêtant d'ailleurs très bien à de courtes sessions quotidiennes pour faire durée le plaisir sur la durée, mais même ainsi, la fin pointera trop vite le bout de son nez. De plus, Land's End ne présente aucun élément narratif (même si la fin donne tout de même une légère "signification" à l'aventure), il n'y a aucune voix-off, aucun indice à trouver dans l'environnement, rien d'autre que vous, avançant seul d'ile en ile. Land's End est donc une expérience particulière, qui ne plaira certainement pas à tout le monde, mais qui vous réservera tout de même de beaux moments de détentes renforcés par une présence de tous les instants et qui pourrait être grandement appréciée après une dure journée de boulot. Une expérience malheureusement aussi agréable que courte.
 

LE VERDICT

RÉALISATION
Au premier abord, Land's End ne semble pas être le jeu qui va vous décrocher la mâchoire dans le Gear VR, surtout avec sa première île un peu fade. Mais dès la seconde carte, vous découvrirez le jeu qui m'a personnellement le plus donné ce sentiment de "présence" espéré par la plupart des aficionados de la VR. Un sentiment d'autant plus compliqué à provoquer sur un casque mobile. Le contrat est ici pleinement atteint, et passé les 5 minutes de jeu, vous vous laisserez probablement plonger dans son univers coloré en oubliant le monde qui vous entoure.
SON
La partie audio d'un jeu est toujours compliquée à noter car elle dépend autant du choix artistique de son créateur que de ce que le joueur pourrait en attendre. Mais pour le coup, Land's End réussi parfaitement son coup à mes yeux s’il est bien pris comme une expérience à parcourir afin de se détendre. Pas de musique épique endiablée avec un concerto de plusieurs instruments, les seuls sons musicaux que vous entendrez se feront discrets, et "rebondissants" d'ailleurs assez souvent avec vos actions. L'ambiance sonore du jeu n'est donc pas à chercher du côté de ses musiques, mais de son environnement. La première chose que vous entendrez sera le bruit des vagues, plus ou moins fortes seront le climat de l’ile où vous vous trouvez. Mais un autre point important de cette partie sonore est le vent. En effet, les îles que vous allez parcourir sont très rocheuses, et vous allez couramment passer par de petites enclaves, ce qui vous fera entendre le vent passer à côté de vous avec un son 3D très bien retranscrit. On a l'impression que l'environnement nous parle, et tout cela augmente encore d'avantage le sentiment de présence de l'expérience.
JOUABILITÉ
Le Gameplay est pour sa part tout ce qu'il y a de plus simple, et manque malheureusement aussi beaucoup trop d'ingéniosité. Là où les énigmes d'un Esper 2 vont redoubler d'inventivité en avançant dans l'aventure, pour ce Land's End, il n'y aura au final en tout que deux concepts d'énigmes. Le premier cité plus haut dans le test, et le second qui vous demandera de faire "léviter" des pierres devant vous afin de tracer des traits entre elles. Cette fonction de lévitation est d'ailleurs problématique avec une physique un peu hasardeuse, mais rien de désastreux non plus.
DURÉE DE VIE
La durée de vie est évidemment le gros défaut de Land's End, avec seulement 1 h de jeu pour un prix de 9,99€. Cette durée de vie courte est d'autant plus rageante, car l'aventure est réellement agréable, et c'est avec un grand plaisir que j'aurais continué à parcourir des îles de plus en plus mystérieuses en ayant réellement l'impression d'y être. Il semble donc que le créateur ait voulu boucler son jeu un peu trop tôt... Ou qu'il l'a vendu trop cher, à vous de voir.
NOTE GÉNÉRALE
  60/100

Conclusion

Il m'a été très compliqué de mettre une note à Land's End, et je suppose que certains d'entre vous la trouveront trop élevée au regard de sa durée de vie. Cependant, aussi courte l'aventure soit elle, Land's End reste une des expériences de réalité virtuelle qui m'a le plus marqué. Un véritable exemple de ce côté ultra relaxant que peut avoir la VR, bien loin de l'image du périphérique adapté aux FPS que peut avoir le grand public. Land's End est réellement une expérience à part, jamais compliquée, qui pourrait parfois faire penser à un jeu de la série Myst, mais sans son Background ultra travaillé ou ses énigmes tordues. Land's End sera plus à réservé aux adeptes d'expériences comme Flowers ou Journey, et le contrat aurait été parfaitement rempli si hélas la fin ne montrait pas le bout de son nez aussi rapidement.
 


Tag(s) associé(s) : Software, Samsung Gear VR, Test
4 COMMENTAIRES

Connectez-vous pour commenter.