TEST
[Test] Lucky's Tale : que donne un platformer traditionnel en VR ?

le 22/04/2016 à 15:20
Ahhh les jeux de plateforme... Probablement le genre de jeux vidéo le plus représenté depuis la sortie du cultissime Mario Bros dans sa version NES en 1986. Et si le genre a évolué avec le temps et surtout avec le passage à la 3D, il s'est fait un peu plus rare ces dernières années, ce qui fait que smis à part la license toujours active de Nintendo, de moins en moins de nouveaux représentants du genre voient le jour. Heureusement, la VR est là, et Oculus visiblement envieux d'avoir son propre jeu de plate-forme avec une mascotte forte pour son lancement comme d'autres constructeurs en leur temps (Mario chez Nintendo, Alex Kidd chez Sega et Crash Bandicoot chez Sony), a tout spécialement commandé à l'équipe de Playful le jeu Lucky's Tale, avec son renard tout mignon, pour l'offrir gratuitement sur son magasin virtuel.

La question à 1 million est-donc : ce cadeau d'Oculus vaut-il le coup ?
Lucky, le fier renard !
Lucky, le fier renard !
Quand vous lancez Lucky's Tale pour la première fois, vous aurez droit à une petite cinématique d'introduction vous présentant Lucky le renard et Piggy, son petit cochon tirelire (fan de Toy Story chez Playful ?). Une cinématique oui, mais une cinématique en VR, ce qui fait que vous pourrez vous servir du suivi positionnel pour plonger dans la petite maison de nos amis, et ainsi voir la scène sous tous les angles, et profiter pour une première fois des qualités visuelles du jeu, très proches de celles d'un film d'animation. Hélas, vous assisterez aussi à l'enlèvement de l'ami de Lucky par un gros monstre à tentacules tout moche.

Ni une ni deux, ce sera à vous d'incarner Lucky afin de parcourir les 5 chapitres de l'aventure pour espérer libérer votre ami des griffes de cet affreux monstre. Vos premiers pas aux commandes de Lucky vont vous permettre de vous rendre compte que le gameplay de Lucky's Tale n'a rien à envier aux plus grands noms des jeux de plateforme, avec des commandes intuitives et réactives. Lucky court, attaque les ennemis et leur saute sur la tête avec une simplicité enfantine. De plus, le positionnal tracking peut être utilisé pour plonger là aussi dans la scène, et pourquoi pas vous rapprocher de Lucky, qui en profitera pour vous faire un petit coucou... ou une grimace toute mignonne.
 
Des niveaux hauts en couleurs
Des niveaux hauts en couleurs
Plonger dans ce monde vous permettra d'ailleurs d'admirer sa réalisation, de haut niveau, sous tous les angles, avec des lieux très colorés ce qui est un vrai régal pour les yeux en VR.  C'est d'ailleurs l'occasion idéale pour parler du rendu du screendoor sur le jeu, qui même s'il reste perfectible, n'est à aucun moment gênant, et se fait très vite oublier au bout de quelques minutes de jeu. Les écrans AMOLED de l'Oculus Rift permettent aussi d'admirer la qualité des couleurs et du contraste du jeu, donc que vous soyez dans un extérieur paradisiaque ou une grotte sombre, le jeu restera très agréable visuellement.

Un autre point important à aborder de Lucky's Tale est sa camera. Le traitement de la caméra dans les jeux vidéo à la 3ème personne est un point assez important depuis les premiers jeux 3D, et même si globalement on a fait du chemin à ce niveau, il existe encore et toujours des jeux qui s'y cassent les dents, avec une caméra qui se bloque dans les murs ou n'arrive pas à suivre le personnage. Et pour le coup, avec l'arrivée de la VR, il faut entièrement repenser la manière dont elle est gérée, et l'équipe de Playful a très bien réussi de ce point de vue là.

En effet, la caméra de Lucky's Tale est dynamique, et va faire en sorte de toujours suivre votre personnage, faisant un peu penser au rendu que donne une caméra type "travelling" dans le monde du cinéma. Cette gestion de la caméra est parfaite 99% du temps, cependant je dois tout de même avouer qu'au long de mon aventure de plusieurs heures, elle m'a posé soucis deux fois. Une fois, en se plaçant derrière un objet qui me bouchait la vue, même en essayant de dégager la vue en me déplaçant, et une fois en se calant en hauteur, alors que mon personnage était dans une sorte de tunnel... Ce sont cependant deux moments isolés de moins de 5 secondes chacun sur une aventure de plusieurs heures, le défi est donc plutôt bien relevé pour un jeu VR de première génération, qui doit en plus gérer les contraintes de la VR tout en étant à la 3ème personne. 
 
La jouabilité est parfaitement adaptée à toutes les situations
La jouabilité est parfaitement adaptée à toutes les situations
Mais si on parle de mes problèmes rencontrés, et bien il va falloir parler de la difficulté du jeu ! Celle-ci est progressive comme dans les jeux Mario, donc enfantine dans les premiers niveaux, puis plus retors en avançant dans l'aventure. Globalement, elle reste dans la moyenne, ce qui fait que les novices du genre éprouveront plusieurs fois des difficultés, tandis que les habitués passeront les niveaux sans jamais trop s'arracher les cheveux... Enfin, plus ou moins.

En effet, le jeu, comme d'autres du genre une fois de plus, vous obligera à certains moments de l'aventure à faire la chasse aux médailles, car même si finir un niveau une première fois vous donne une médaille, le nombre de médailles gagnées en parcourant les niveaux n'est parfois pas suffisant pour pouvoir avancer dans l'aventure, et c'est là que se présentent à vous les deux modes de jeux supplémentaires, Time Attack et chasse aux pièces. Ces modes ne font pas vraiment dans l'originalité : le premier vous demandera de finir le niveau le plus vite possible, avec à la clé une médaille de bronze, d'argent ou d'or selon votre temps, et le second est une sorte de chasse aux œufs de Pâques, mais avec des pièces de couleur rouges. Ce mode est pour le coup peu intéressant, et même si un bip se fait ressentir à l'approche d'une pièce, les 25 pièces à trouver dans chaque niveau sont parfois bien cachées et vont vous demander de fouiller tous les coins et recoins des niveaux pour espérer les trouver, et vous vous rendrez compte parfois  à la fin du niveau qu'il vous en manque une... Il ne m'a donc clairement pas passionné, et c'est donc sur le mode Time Attack que je me suis rabattu pour décrocher ces fameuses médailles manquantes à mon avancée dans l'aventure. C'est là que j'ai vu la difficulté du jeu, la vraie, telle que même votre serviteur ayant finit tous les jeux de la série Dark Souls s'y est cassé les dents ! 
 
La super qualité de la 3D visuelle va à merveille avec ce genre de plan !
La super qualité de la 3D visuelle va à merveille avec ce genre de plan !
Car oui, si les amateurs de défis n'en auront pas pour leur argent (façon de parler le jeu étant gratuit) avec le mode "Histoire" traditionnel du jeu, les temps à viser du mode "Time Attack" sont tellement hallucinants que je me demande s’ils n'ont pas été enregistrés par des speedruner professionnels. Je vous rassure, pour gagner votre fameuse médaille nécessaire à votre avancée dans l'aventure, les temps nécessaires pour obtenir la médaille de bronze sont pour leur part extrêmement faciles à atteindre, avec un temps demandé très large, pouvant probablement même être atteints en faisant le parcours en moonwalk. Mais pour les courageux qui voudraientt obtenir la médaille d'argent, voir même d'or, alors apprêtez-vous à hurler sous votre Oculus.

Pour tout vous dire, sur le premier niveau de l'aventure, qui est de loin le plus simple tant sur sa difficulté que sur son temps demandé, il m'a fallu m'y reprendre à 10 fois, en faisant un parcours que je pensais pourtant parfait, en courant comme un dératé et en évitant tous les ennemis pour ne pas perdre de temps, pour au final grapiller seulement quelques dixièmes de seconde en dessous du temps demandé... en argent ! Pour l'or, c'était 8 secondes de moins qui étaient demandées par le jeu... Bref, la première personne à gagner toutes les médailles en or devrait avoir sa place dans le livre des records, donc si vous avez l'âme d'un speedrunner, Lucky's Tale pourrait bien être le premier candidat VR idéal.
 
Comme un certain Mr Nutz à l'époque, la queue de Lucky est redoutable !
Comme un certain Mr Nutz à l'époque, la queue de Lucky est redoutable !
Pour ce qui est de l'aspect sonore du jeu, il est globalement bon, avec des sons 3D bien retranscrits dans votre environnement, même si évidemment moins facilement localisables que dans un jeu à la première personne. Pour les musiques, elles s'adaptent globalement toutes assez bien à leur environnement et sont harmonieuses, mais ne marqueront probablement pas autant que les compositions des aventures du célèbre plombier moustachu. De ce côté là Lucky's Tale fait donc le boulot, mais ne se montre jamais transcendant.

On va terminer sur la durée du jeu, que j'ai fini pour ma part en 3 h 30, mais qui a été tout de même pas mal rallongée par la fameuse demande de médailles qui m'ont donné, je l'avoue, quelques crises de rages dans le mode Time Attack des derniers niveaux déjà assez retords en temps normal. La durée de vie serait donc assez faible pour un jeu proposé au prix fort, mais Lucky's Tale est totalement gratuit pour toute personne possédant un casque compatible (DK2, CV1 ou HTC Vive avec Revive). Elle est donc correcte, et les passionnés de défis pourront, je suppose, rajouter des heures pour gratter toutes les médailles d'or du jeu et viser les fameux 100% de réussite.


Config de test : GTX 970, I5 2500k, 16GB de ram.
 

LE VERDICT

RÉALISATION
Lucky's Tale a beau avoir des graphismes plutôt simplistes, il n'en reste pas moins un des jeux qui rend le mieux visuellement en VR. Les niveaux s'enchainent et sont l'occasion de voir un vrai déluge de couleurs parfaitement rendues dans les écrans du CV1 comme du DK2. La 3D est de plus de très haut niveau, ce qui fait que chaque élément est parfaitement identifiable dans l'espace du jeu. Bref, une réussite technique, avec en plus une fluidité constante avec les réglages en "High" sur ma GTX 970, carte recommandée par Oculus. 
SON
Lucky's Tale est correct sur ce point là, mais jamais incroyable. Le son 3D, pour sa part, permet de localiser assez bien les ennemis et marche très bien avec les écouteurs du CV1, mais les musiques ne sont jamais éblouissantes, et restent assez classiques, même si elles s'adaptent plutôt bien à leur environnement.
JOUABILITÉ
Lucky's Tale est un jeu de plateforme avec une jouabilité à la manette, qui remplit parfaitement son contrat, et n'a rien à envier aux références du genre ! La jouabilité est nerveuse, réactive, et la gestion des sauts de Lucky est en général parfaitement calculée pour venir à bout des différentes phases de plateforme de l'aventure. Concrètement, si vous faites une erreur, vous pourrez vous dire que c'est votre faute, et pas à celle du jeu.
DURÉE DE VIE
La durée de vie de Lucky's Tale souffle au final le chaud et le froid. Certes, elle est de 3 à 4 h en ligne droite. Mais il est bon de rappeler que le titre est proposé gratuitement, et les complétistes avides du fameux Graal des 100% de réussite auront de quoi rajouter de bonnes heures de jeu avec les modes "chasse aux pièces" et surtout "Time Attack", qui leur demanderont bien plus de temps et des nerfs à toute épreuve !
NOTE GÉNÉRALE
  80/100
Lucky's Tale est donc finalement la bonne surprise du lancement de l'Oculus Rift. Car si au premier abord, le jeu pourrait faire penser à un clone sans grande personnalité de certaines références du genre de Nintendo, Rare ou Naughty Dog, il montre au final qu'il est bien plus qu'une pâle copie avec ajout VR, et qu'il est le parfait représentant de ce genre vieux comme le monde pour son entrée dans la réalité virtuelle. Les niveaux s'enchaînent en étant tous plus beaux les uns que les autres, et avec à chaque chapitre une ambiance différente. Le faible SDE du Rift et ses couleurs chatoyantes donnent une véritable dimension "voyage" à l'aventure, et la jouabilité est parfaitement calibrée et s'accorde à merveille avec une difficulté ni trop simple, ni trop dure. De plus, l'aventure, bien qu'assez courte, a un fort niveau de rejouabilité, surtout pour celui qui tentera de gagner toutes les médailles en or.

Tout fan de jeu de plateforme possesseur d'un casque d'Oculus (ou d'un HTC Vive avec Revive) aurait donc tord de passer à côté de cette aventure, d'autant plus qu'elle est totalement gratuite. Vivement la suite !
Lucky's Tale sur ETR Apps
Lucky's Tale est un jeu de plateforme à la troisième personne développé par Playful, et proposé gratuitement sur l'Oculus Home. Il met en scène Lucky, un petit renard qui est à la recherche de Piggy, son ami qui s'est fait enlever.
Avis ETR          Avis des lecteurs


Tag(s) associé(s) : Software, Actualité, Oculus Rift, Test
17 COMMENTAIRES

Connectez-vous pour commenter.