Prochain événement    Gros Multi Onward jeudi 8 déc. à 21h00 !    du 08/12/2016 (21:00) au 08/12/2016 (23:45)

TEST
Test - Fated : The Silent Oath : d'excellentes idées mais une exécution perfectible

Publié par
 @kris7277
le 01/06/2016 à 22:00
Fated : The Silent Oath est une expérience immersive à la première personne qui est disponible sur Oculus Rift, Gear VR et HTC Vive. Se déroulant à l'époque des Vikings, vous incarnerez un père revenant du monde des morts qui devra sauver sa famille. Le résultat en VR est intéressant, car cela donne un mélange entre film et jeux vidéo, qui sera sûrement une formule de référence pour les futures "expériences immersives" des gros studios type cinéma qui veulent aller plus loin dans le domaine de la réalité virtuelle. Cependant, si la formule est bien pensée, l'exécution elle, reste perfectible.
Dans Fated, pas question d'avoir un personnage avec des caractéristiques, objets ou autres. On est directement plongé au cœur du scénario, avec une "déesse" qui vous explique que vous êtes mort, et qu'elle peut vous faire revenir à la vie à une condition : votre voix. On suivra alors l'aventure de cette famille "Viking", qui tente de survivre après que leur village ait été pris d'assault. Le tout se veut immersif et très porté sur le scénario.
 

Une experience immersive... se jouant a la manette


En VR, le coté "immersion" se repose sur deux aspects principalement : les contrôles et la réalisation. Sauf que malheureusement, ça commence mal pour Fated, car si la jouabilité à la manette reste acceptable, et fonctionne même très bien pour certains jeux (Chronos, Airmech : Command), elle se révèle beaucoup moins appropriée lorsqu'il s'agit d'une expérience qui se repose entièrement sur son coté immersif.
Rendez-moi Longbow de The Lab pleaaase...
Rendez-moi Longbow de The Lab pleaaase...
Chaque gâchette contrôlera une main, et le résultat est vraiment moyen. C'est assez étrange de "lever une main" avec une gâchette, et le titre tente de vous faire interagir avec des éléments par cette méthode. On ne peut donc pas vraiment parler d'immersion dans le cas présent, ce qui est d'autant plus dommage car le titre est compatible HTC Vive, mais n'exploite pas ses contrôleurs. Mention spéciale à la petite phase de tir à l'arc qui est complètement ratée.


Pour les déplacements, il faudra se déplacer au stick. Les rotations semblent d'ailleurs très mal gérées, car elles m'ont provoqué des nausées, alors que j'en ai très peu sur The Vanishing of Ethan Carter, qui possède un rythme bien plus rapide. Heureusement, un "Comfort Mode" qui "hache" la rotation en crans est proposé, et fonctionne d'ailleurs très bien, alors que je suis allergique à ce type de mode en temps normal. 
 
Gros Blancs Simulator, enfin disponible sur Oculus Rift et HTC Vive !
Gros Blancs Simulator, enfin disponible sur Oculus Rift et HTC Vive !
Maintenant, tout n'est pas noir dans Fated niveau contrôles. Déjà, la phase de "cheval" est plutot réussie, et le titre utilise un élément de gameplay vu nulle part jusqu'ici : les personnages vous demanderont parfois de répondre par oui ou par non avec la tête. La chose s'intègre plutôt bien au scénario, car pour rappel, vous avez perdu votre voix en échange de votre vie. Malheureusement, encore une fois, l'exécution se révêle plus que moyenne, et il faudra s'y reprendre parfois à plusieurs reprises avant que votre chère épouse ou enfant comprenne que vous venez de dire oui ou non. De plus, il m'est arrivé de me rendre compte après un certain moment qu'il fallait que je réponde par oui ou par non malgré la présence d'un "son" qui vous avertit, ce qui donne des situations plutôt cocasses avec un bon gros blanc où vous voyez un personnage vous regarder sans rien faire, surtout que ceux-ci ne sont pas vraiment bien animés...

Une belle direction artistique... et des animations ratées

euh, ouais, nan...
euh, ouais, nan...

Et pour moi, on arrive au plus gros problème de Fated : les animations sont complètement ratées. Sans mentir, cela fait longtemps que je n'avais pas vu ce type d'animation, digne de l'ère N64. Que dis-je, même Super Mario 64 et The Legend of Zelda : Ocarina of Time possédaient de meilleures animations. Cela aurait pu ne pas être si problématique que ça, mais dans une expérience se voulant "immersive", ça fait plutôt tâche. Tellement que les gens sensibles au sentiment de "Uncanny Valley" seront submergés avec Fated. L'expression des personnages est hachée, pas réaliste et vraiment désagréable, et cela nuit vraiment à l'immersion, alors que le titre ne se repose que sur ça, sur la connection avec l'univers, les personnages et l'histoire.
Un des décors de la dernière partie du titre
Un des décors de la dernière partie du titre

Heureusement, la direction artistique, elle, est vraiment pas mal. Les graphismes sont un peu "carrés", mais au moins cela permet d'augmenter la résolution via les paramètres sans trop souffrir, et certains décors, notamment la grotte, montrent que les développeurs de Fated possèdent clairement du talent. D'ailleurs, comme j'ai souvent remarqué dans les expériences VR indépendantes, la qualité du titre s'améliore au fur et à mesure de l'aventure, et il devient de plus en plus facile de s'immerger au fur et à mesure qu'on s'approche de la fin de l'aventure.
C'est d'autant plus dommage, car j'ai donc fini par me sentir plutôt "engagé" dans l'univers malgré tous ses défauts, trop tardivement malheureusement . La fin, bien que moins marquantes d'un point de vue VR que celle de The Gallery, a quand même réussi à tirer une émotion de moi, ce qui était vraiment, vraiment très mal parti, et je retrouve même à attendre la suite de Fated, moi qui suis assez critique généralement et range vite une expérience au placard... Les habitués des VRLive comprendront.


 

Le verdict

RÉALISATION
Fated : The Silent Oath possède une réalisation mi-figue mi-raisin. D'un coté, la direction artistique est plutôt bonne, mais de l'autre, l'aspect technique est vraiment moyen, avec des animations dignes de robots. Difficile de communiquer une quelconque émotion quand les personnages que vous rencontrez ressemblent tous à des poupées à peine animées. La possibilité de pousser la résolution sans trop souffrir d'un point de vue performance et la non utilisation d'un Anti-Aliasing "anti-VR" qui réduit l'effet de la 3D (Chronos, Henry, The Vanishing of Ethan Carter, EVE: Valkyrie, The Climb...) restent cependant un plus à une époque où beaucoup d'expériences préfèrent jouer la carte du rendu "lisse", avec moins de 3D.
SON

La partie sonore n'a pas grand chose à se reprocher, et il y a même des doublages français de disponibles. La position des sons en 3D semble correcte, même si elle manque de "résonance" et de réalisme, comme dans la totalité des expériences VR actuellement, vu que le son est simplement directionnel, et ne prend pas en compte les environnements. La bande son d'ailleurs est vraiment réussie, avec un thème et des mélodies inspirés, ce qui reste assez rare en VR.
JOUABILITÉ
S'il y a bien quelque-chose de plus raté que l'animation, c'est la jouabilité. Pas du tout adaptée au format "voyage immersif", celle-ci nuit vraiment au titre en ne pas proposant un suivi des mouvements, et se révèle même médiocre en tant que jouabilité à la manette. De plus, les bonnes idées comme l'utilisation du suivi des mouvements de la tête se trouvent gachés par une exécution plus que moyenne. Heureusement qu'un "comfort mode" est proposé, car sinon, ça aurait été le ratage total.
DURÉE DE VIE
Vous en aurez pour une à deux heures environ avec Fated : The Silent Oath. Cela semble être la moyenne avec les expériences épisodiques "immersives" comme The Gallery, mais malheureusement le voyage n'est pas du tout aussi poussé, et est même plus court, et ce, pour 20 euros tout de même.
IMMERSION
Et oui, il est difficile de noter une expérience VR sans noter l'immersion. Et de ce point de vue là, Fated remplit quand même son contrat. Comme souvent avec les expériences indépendantes, la qualité du titre s'améliore au fur et à mesure qu'on avance dans le titre, comme si on était témoin du gain d'expérience des développeurs. Et au final, malgré tous ses défauts, Fated réussit tout de même à nous immerger, même si cela arrive assez tard. C'est quand même une belle réussite au final, parce que c'était vraiment mal parti.
NOTE GÉNÉRALE
Malgré tous ses défauts, Fated parvient tout de même à nous "faire voyager" dans son univers. Certes, sa maniabilité est vraiment moyenne, les animations ratées, et son prix assez prohibitif compte tenu du contenu proposé. Cependant, il y a une vraie volonté de bien faire, et les développeurs possèdent clairement du talent et de l'inspiration.

J'espère donc que le second épisode réglera les problèmes dont est victime Fated : The Silent Oath, car son format en plusieurs actes, et la formule en général, avec une expérience très portée sur le scénario sans trop s'éparpiller comme peut le faire The Gallery par moment, est vraiment bien pensée, et pourrait devenir une référence à l'avenir. En bref, si vous n'avez pas peur de dépenser vingt euros, et si vous avez déjà fait le tour des indispensables, alors pourquoi pas. Sinon, il y a sans doute d'autres titres plus intéressants.

Configuration de test : Intel I5 4670K, 16 GB de Ram, NVIDIA GTX 980Ti
FATED: The Silent Oath sur ETR Apps
Se déroulant à l’époque mythique des Vikings, FATED: The Silent Oath est un récit de courage et de sacrifice dans lequel un père de famille doit faire l’impossible pour protéger sa famille de la destruction du monde aux mains des géants de l’ancien monde. FATED est un jeu...
Avis ETR          Avis des lecteurs


Tag(s) associé(s) : Test
2 COMMENTAIRES

Connectez-vous pour commenter.