TEST
Test - Castlestorm VR : VR pour "véritablement réduit" ?

le 26/09/2016 à 15:04
Castlestorm VR n'est pas à proprement parler un "nouveau jeu", car il s'agit au final de la 4e version d'une même aventure. Tout d'abord, la version originale était sortie en 2013, puis l'année d'après c'est sa Definitive Edition qui débarquait avec deux campagnes supplémentaires et des ajouts graphiques. On a eu aussi droit à une version Free to Play du sur smartphone dans la foulée. Castlestorm est un jeu que je connais personnellement grâce à sa version "définitive" sortie sur ps4, très apprécié des mes petits neveux et très fun en versus Local. C'est donc avec la plus grande curiosité que je me suis penché sur cette version VR sobrement nommé "Castlestorm : VR". La réalité virtuelle peut-elle apporter quelque chose à un jeu au gameplay résolument 2D ?
Votre château, point central de Castlestorm
Votre château, point central de Castlestorm

♫ Mon beau chateauuuu ♫

Commençons par les bases, Castlestorm, c'est quoi ? C'est tout d'abord une histoire, celle de deux nations qui s'affrontent depuis la nuit des temps : le Royaume du Sud, faisant dans un premier temps penser aux forces du 'bien' avec son aspect médiéval et sa couleur bleue et le Royaume du Nord, Vikingland... Qui comme vous l'aurez compris, représente les Vikings (mais sans Ragnar, il fait grève) avec une couleur rouge (tout gamer sachant que rouge = pas bien). Le titre commence donc avec une histoire qui s'annonce tout ce qu'il y a de plus manichéenne, mais qui va heureusement réserver quelques surprises... Tout en restant très classique, le scénario de Castlestorm est simple, totalement porté sur le second degré (avec un humour dans la veine de la série des Lego) et conviendra parfaitement à des enfants.

La prise en main est au final assez simple et mêle différents genres de jeu en grande partie vus sur smartphone. Vous avez les facultés d'attaque de votre baliste, qui aura comme seul attirail au début de simples flèches, utiles pour tuer les unités ennemies, mais peu efficaces si utilisées afin de détruire le château ennemi. Heureusement, en avançant dans la campagne du jeu, vous débloquerez de nouvelles munitions pour votre baliste, dont certaines sont beaucoup plus efficaces et pourront être utilisées pour la destruction. La seconde facette du gameplay, c'est vos soldats. Mais pour vous présenter les soldats, il faut parler en premier de la deuxième façon de battre votre adversaire dans Castlestorm : la capture de drapeau.
 
Certaines armes de votre baliste sont longues au chargement, mais meurtrières pour les murs énemis
Certaines armes de votre baliste sont longues au chargement, mais meurtrières pour les murs énemis

Une campagne longue et variée

La capture de drapeaux (Capture the Flag) est un mode bien connu des gamers, surtout utilisé dans les FPS et son déroulement est au final globalement identique dans Castlestorm. Chaque royaume a un drapeau, bien planqué derrière la porte de son château. Capturer le drapeau adverse et le ramener dans son propre château équivaut à une victoire et voir son drapeau atterrir dans le château ennemi correspond à une défaite. Et c'est là qu'interviennent les soldats qui auront pour but de passer la porte du royaume ennemi, une porte qui devra être détruite soit par votre baliste, soit par vos soldats eux-mêmes. Vos soldats devront voler le drapeau et le ramener derrière votre propre porte, avec au passage une vitesse de marche sévèrement réduite. Ils ne feront rien d'autre qu'avancer tout droit en attaquant automatiquement les ennemis qu'ils rencontreront et votre seule façon d'interagir avec eux sera la commande 'défense', qui donnera l'ordre à tous les soldats de votre armée de se protéger, ce qui est utile en cas d'attaque puissante de baliste ennemi par exemple.

La 3e et dernière facette du gameplay de Castlestorm, c'est les "magies". Le terme Magie est un peu généraliste, car si certaines des options de cette catégorie sont bien des sorts magiques classiques comme un lancé de foudre, c'est aussi dans cette catégorie que vous trouverez vos héros ou encore des unités de soldats bien plus puissantes entièrement contrôlés par vous, avec au choix attaques de base, spéciales, protection au bouclier ou attaque de lancer (flèche ou jet de haches selon le héros choisi). Les héros sont très puissants et pourront retourner une situation, mais ne pourront être invoqués que pendant 30 secondes, avec à la suite un délai de recharge bien plus long. Ces 3 facettes du gameplay auront en plus une petite notion de RPG avec la possibilité de monter en level chacune d'entre elles avec de l'argent gagné au cours de la campagne du jeu, ce qui sera le cas aussi de certaines pièces de votre château qui vous permettront d'invoquer plus de soldats à la fois sur le champ de bataille ou d'augmenter vos défenses par exemple.
 
Les gars de la '7e Compagnie' sont de vrais génies en comparaison des soldats de Castlestorm
Les gars de la '7e Compagnie' sont de vrais génies en comparaison des soldats de Castlestorm

Mais un intérêt VR au final très limité...

Le gameplay de Castlestorm est donc très sympathique avec non pas une, mais 4 campagnes de 2 à 3h de jeu chacune qui vous sont offertes, de quoi donner une excellente durée de vie avec 10h de jeu minimum pour ses campagnes solos, avec aussi deux modes supplémentaires : survie et survie héroïques. Hélas, si on parle du contenu, les habitués de la série noteront la disparition totale du mode multijoueur que ce soit en local ou en ligne, point pourtant essentiel du jeu.

La perte du multi aurait pu être en partie comblée par l'apport de la réalité virtuelle, mais il faut bien l'avouer, son intérêt dans Castlestorm est ultra limité. Tout d'abord, on a les menus du jeu et les cinématiques, qui prendront tout simplement place dans un petit cinéma à l'ambiance médiévale, ce qui rendra le tout parfaitement lisible mais n'apportera aucune immersion supplémentaire par rapport à sa version moniteur traditionnelle (juste l'impression d'un écran plus grand... et plus pixélisé). Les phases de gameplay elles vous feront bien plonger dans l'univers du jeu, mais le gameplay ne change pas d'un iota. Après, pour avoir alterné entre la version Playstation 4 et Oculus Rift pendant le test, il faut avouer que le fait d'être plongé dans l'environnement en VR apporte une plus grande facilité à viser avec la baliste dans le jeu, ce qui est un petit plus qui est malheureusement réduit à cause de l'effet 3D du jeu qui aurait pu être plus poussé à mes yeux. Techniquement, c'est du même niveau visuel que la version console, avec un jeu propre et parfaitement fluide, mais aux graphisme simple et aux effets d'une autre époque.
 

RÉALISATION
Niveau réalisation, Castlestorm VR fait le strict minimum. D'un côté, on notera que contrairement à d'autres titres, le jeu est très propre et affiche une fluidité sans faille sur la config recommandé par Oculus. De l'autre, la réalisation du jeu de 2013 commence à se faire un peu vieillotte et son effet 3D aurait clairement pu être plus prononcé.
SON
L'ambiance sonore était déjà un point faible du jeu dans sa version moniteur et son passage en VR n'y a rien changé. Les musiques, en plus d'être peu inspirées, sont ultra-répétitives et on devra se passer des voix pendant les cinématiques étant donné qu'elles ne sont pas doublées. Pour les sons 3D, on repassera, ce qui n'étonne pas vu que tout le gameplay du jeu se passe en vue de côté.
JOUABILITÉ
La jouabilité du titre était déjà très bonne dans sa version de base et parvient à devenir encore plus agréable dans sa version VR, avec une précision légèrement supérieure lors de l'utilisation de la baliste. L'utilisation de la VR par contre est proche du néant, en n'apportant uniquement qu'un poil d'immersion en plus et la possibilité de tourner la tête pour voir l'état de son château ou de celui de l'adversaire sans avoir a faire glisser la camera.
DURÉE DE VIE
La durée de vie de Castlestorm est clairement dans le haut du panier des différents jeux VR que l'ont a pu tester, avec 4 campagnes de 2 à 3 heures chacune et deux modes survies adaptés au scoring. Malheureusement, il faut tout de même noter l'absence remarquée des modes multi-joueurs local et online, partie très importante pourtant bien présente dans les 3 autres éditions du jeu. 
IMMERSION
Le concept de Castlestorm ne se prêtait pas vraiment de base à faire ressentir un sentiment de "présence" aux joueurs et Zen Studio n'a rien fait pour arranger ça. Ils se sont contentés d'adapter le gameplay du jeu de manière flemmarde avec la même vue de côté que les versions traditionnelles et un bête cinéma pour ses menus et cinématiques. L'immersion reste un poil supérieure à celle ressentie sur un moniteur (encore heureux), mais est très proche d'un jeu vidéo traditionnel 2D.
 
NOTE GÉNÉRALE
  60/100
Castlestorm, c'est tout d'abord un bon matériau de base. Un gameplay aussi fun que simple à prendre en main, 4 campagnes pour plus de 10h de jeux au total avec en plus deux modes survie. Castlestorm VR par contre, c'est la suppression pure et simple de tout mode multijoueur, pourtant essentiel à son gameplay et un intérêt VR très limité à cause d'une jouabilité identique à son pendant moniteur, de bêtes cinématiques en mode cinéma et une immersion proche du zéro.

Le titre sera donc un bon achat pour un joueur VR ne connaissant pas la série, recherchant une expérience solo fort sympathique. Si cependant vous êtes soit un connaisseur de la série, soit un joueur recherchant une immersion poussée, alors cette version VR n'aura probablement aucun intérêt pour vous surtout quand on sait qu'elle est proposée à 25 euros sur Oculus Rift. Castlestorm VR est donc pour finir un jeu vidéo fort sympathique, mais une expérience de réalité virtuelle loin d'être inoubliable.

Config de test : I52500k / 16GBRam / GTX 970 : 90 FPS Constant


Tag(s) associé(s) : Gear VR, Oculus, Application, Oculus Rift, Test
1 COMMENTAIRE

Connectez-vous pour commenter.