TEST
Homido V2 : Le cardboard haut de gamme?

Publié par
 @NiK_ETR
le 10/12/2016 à 12:00
En toute transparence, je n'ai jamais été un grand passionné de réalité virtuelle mobile et encore moins un amateur de Cardboards (casques dans lesquels on glisse un smartphone en guise d'écran). Détection des mouvements rotatifs souvent peu réaliste, détection de la position de la tête dans l'espace inexistante, mauvaise fluidité, ergonomie douteuse, confort low cost et lentilles bas de gamme... La liste de défauts est longue et seuls quelques casques mobiles plus travaillés semblent se démarquer par la qualité des expériences proposées tels que le Samsung Gear VR ou le Google Daydream.

Vous l'aurez compris, rédiger le test d'un casque de réalité virtuelle mobile, ce n'est pas la chose qui m'emballe le plus... Pourtant, parmi les nombreux modèles qui existent, certains réservent parfois de bonnes surprises et la dernière version de l'Homido fait partie de ceux-là.
 

Un packaging soigné

Homido V2 : Le cardboard haut de gamme? - 5
Si le premier Homido ne nous avait pas totalement convaincu sur plusieurs aspects (nous y reviendrons par la suite), il était difficile de lui reprocher son packaging. Le casque était en effet livré dans une sacoche rigide recouverte d'un tissu noir du plus bel effet. Pour la V2, Homido donne à nouveau le ton et on remarque dès le déballage un soin supplémentaire apporté à la sacoche. Toujours sous une forme rigide, la texture douce est agréable au toucher et la sacoche est dotée d'une petite poignée pratique qui faisait cruellement défaut dans la première version. On remarque également une petite poche à l'intérieur qui permet d'y glisser quelques accessoires comme la notice ou le tissu de nettoyage. Il n'y a vraiment rien à redire sur le côté pratique et réussi du packaging de l'Homido V2, c'est du tout bon.

 

Homido V2 : le "grand" frère de la V1

Pour celui qui a déjà connu le premier Homido, ce qui saute de suite aux yeux lorsqu'on sort l'Homido V2 de sa sacoche c'est sa taille imposante par rapport à son petit frère. Fini le format "hobbit" de la V1 avec sa largeur faciale de 11cm et la mousse qui rentrait dans les yeux si on avait le malheur d'avoir la tête un peu large (oui, j'ai une tête un peu large...), la V2 propose une largeur d'environ 15cm nettement plus adaptée à un visage adulte. C'est l'équivalent de ce que l'on retrouve sur le Rift CV1 et pour poursuivre la comparaison avec ce casque filaire haut de gamme qui n'a plus rien à prouver sur son confort, la texture de la mousse (amovible) est très proche de celle du CV1 et elle est tout aussi confortable. 
 
L'Homido V1 vs l'Homido V2 côte à côte
L'Homido V1 vs l'Homido V2 côte à côte

Le design général du casque n'est pas en reste. Avec ses coloris tout de noir et de gris, le casque présente un look soigné avec une façade glossy légèrement transparente qui n'est pas sans rappeler un certain Samsung Gear VR, référence en matière de VR Mobile. Aucun doute, l'Homido n'est pas un simple carton ou quelque chose qui ressemble à un jouet que l'on plaque sur son visage. Il s'agit bel et bien d'un casque de réalité virtuelle issu du haut du panier de ce qui se fait en VR Mobile.

Pour le maintien sur la tête, Homido a opté pour une sangle élastique assez classique à velcro avec une partie dure à l'arrière du crâne. Si ce n'est sans doute pas le meilleur système existant, il a le mérite d'être efficace et assez confortable. On regrettera simplement la partie dure qui permet de serrer ou desserrer l'élastique : elle se révèle inconfortable en utilisation prolongée.
 

Un casque pour smartphone complet

L'Homido V1 n'était clairement pas le meilleur de sa catégorie. Il avait à mon sens deux défauts majeurs pour un cardboard : il ne proposait pas de bouton capacitif qui permet d'intéragir avec les applications et son système d'accroche du smartphone me donnait quelques sueurs froides à chaque fois que j'y glissais mon Galaxy par peur de le rayer. La start-up française semble avoir appris de ses erreurs passées et propose à présent une solution bien mieux pensée et complète.

Commençons sans doute par ce qui est le point essentiel d'un cardboard : la simplicité et la sûreté d'y glisser son précieux mobile. Homido a opté pour un concept original et efficace. La façade avant s'utilise comme un clapet aimanté et il suffit de pousser très légèrement la façade vers l'arrière pour que celle-ci bascule et permette d'y attacher le smartphone. Trois attaches sur ressort vont permettre de serrer au maximum le téléphone. Elles sont recouvertes d'une matière douce caoutchoutée pour protéger les zones en contact avec l'appareil. L'attache du haut dispose d'une petite flèche en son centre pour centrer au mieux l'écran avant de refermer le capot.
 

Le casque dispose également de plusieurs mécaniques qui vont permettre des réglages fort appréciables. Il est ainsi possible de caler la largeur de l'espacement entre les lentilles à votre vue (IPD) grâce à une petite molette sous le casque. Une autre molette sur le dessus du casque permet de régler la distance focale ce qui sera sans doute apprécié par les porteurs de lunettes. 
 

Fonctionnalité essentielle : le casque dispose (enfin) d'un bouton capacitif sur le dessus qui permet d'interagir facilement avec les applications compatibles pour activer un menu ou recentrer la vue par exemple.

Autre point fort de l'Homido : ses lentilles. Si le champ de vision proposé reste dans les standards des casques mobiles (Gear VR par exemple), on notera la netteté des lentilles : il y a peu de bavements intempestifs des lumières et les aberrations chromatiques sont quasi inexistantes même en bordure d'image. Nous sommes dans le haut de gamme des expériences visuelles mobiles et le casque n'a rien à envier aux lentilles des grandes sociétés.
 

Un Homido Center sous exploité

Comme plusieurs fabricants, Homido propose une application Android pour permettre à l'utilisateur de débuter avec son casque et trouver facilement du contenu VR. Malheureusement, l'application s'affiche dans un format standard sur smartphone. N'espérez donc pas mettre votre casque sur la tête puis télécharger et lancer vos applications sans avoir à le retirer comme sur Gear VR par exemple. Non, il faudra ici télécharger et lancer vos contenus "à la main" avant de remettre votre casque. C'est contraignant et cela ne facilite pas l'expérience utilisateur autant qu'on pourrait l'espérer d'un casque qui se positionne dans les tarifs proches des casques mobiles très haut de gamme.

Notons aussi que Homido ne propose finalement qu'une expérience classique de type cardboard. Pas de low persistance pour améliorer la fluidité des mouvements dans les applications, pas d'exploitation particulière des capteurs pour améliorer la détection des mouvements de la tête. Il existe bien un tutorial d'Homido très intéressant qui permet d'activer sur cardboard la faible persistance sur les smartphones compatibles Gear VR et qui donne des résultats quasi-identiques au Gear VR dans la qualité du tracking mais cette fonctionnalité manque cruellement pour les autres cas d'utilisation et on a donc bien souvent l'impression paradoxale de posséder un casque mobile haut de gamme pour une expérience mobile low cost.
 

Conclusion


​L'Homido est un très bon casque de type cardboard. Sans doute l'un des meilleurs cardboards du marché à l'heure où nous écrivons ces lignes. Mais la grande interrogation qui nous vient à la fin de ce test c'est de savoir s'il est vraiment nécessaire de débourser 70 euros pour une expérience mobile de type cardboard quand on voit débarquer dans les grandes enseignes de nombreux produits concurrents qui s'alignent sur des tarifs beaucoup plus agressifs (bien souvent moins d'une vingtaine d'euros) pour proposer les mêmes applications avec la qualité visuelle des lentilles et le confort en moins mais pour un prix nettement plus accessible.
Homido V2
Homido V2
ACHETER
69.00 € · Homido
D'un autre côté, dans sa conception brute, l'Homido V2 parait meilleur qu'un Gear VR vendu autour des 100 euros. Le prix pourrait donc se justifier sur ce simple constat, néanmoins il lui manque tout ce qui fait la singularité de ces casques. Les casques Gear VR ou Daydream proposent une expérience VR haut de gamme avec un véritable environnement logiciel complet renforcée par de la faible persistance et un suivi de mouvement fluide et naturel ce que ne sait pas proposer l'Homido sauf à émuler les fonctionnalités des casques précédemment cités.

L'Homido V2 est donc un beau produit mais qui semble avoir du mal à trouver sa place entre deux catégories pour justifier son alignement tarifaire relativement élevé.
 
Les points forts
  • Des lentilles de qualité
  • Un confort qui n'a rien à envier aux cadors de la VR mobile tels que le GearVR
  • Réglages de l'IPD, de la distance focale
  • Un cardboard luxueux
Les points faibles
  • L'alignement tarifaire qui peine à trouver justification
  • Le système de maintien qui pourrait être un peu plus confortable
  • On aurait tellement aimé un lanceur d'application directement en VR
  • A ce prix, pourquoi ne pas proposer une solution audio intégrée ?


Tag(s) associé(s) : Hardware, Homido V2, Test
9 COMMENTAIRES

Connectez-vous pour commenter.