TEST
Test - Star Wars Battlefront Rogue One: VR Mission... et les jeux de Space Opera ne furent plus jamais les mêmes

Publié par
 @NiK_ETR
le 12/12/2016 à 21:44
Test - Star Wars Battlefront Rogue One: VR Mission... et les jeux de Space Opera ne furent plus jamais les mêmes - 2
J-2 avant la sortie du film Rogue One issu de la célèbre franchise Star Wars. Le film se positionne juste avant l'Episode IV sorti en 1977, à une époque où les X-Wing et Y-Wing assuraient la protection rapprochée des Corvettes Corelliennes et autres Frégates Nébulon B. Si vous voulez faire dans le fan service pour les grands enfants, c'est sans doute la période idéale de l'histoire de la saga et c'est bien évidement dans cet univers que les développeurs de Criterion Games (Burnout) nous emmène pour une courte mais intense expérience en réalité virtuelle.

C'est sur PS VR qu'est sorti ces derniers jours un DLC gratuit de Battlefront baptisé Rogue One: VR Mission. Pour pouvoir le télécharger, il faut disposer du jeu complet Star Wars Battlefront sur PS4. L'expérience est annoncée comme une exclusivité temporaire PS VR mais l'espoir de la voir débarquer sur PC est mince d'après les propos d'un responsable de Criterion rapportés par nos confrères d'UploadVR.
 

Rogue One: VR Mission: "A Star Wars Battlefront Story"


Attention : N'ayant pas encore vu le film, il est difficile de déterminer l'importance de cette mission dans la trame scénaristique du film. Sans rentrer dans l'analyse des éléments relatifs au scénario (très peu nombreux de toute manière), je vais rentrer dans les détails de l'expérience dans ce paragraphe et j'invite donc tous ceux qui ne souhaitent pas prendre le risque de se faire "spoiler" à passer directement au chapitre suivant.
 
Il vous faudra lever la tête pour observer ce TB-TT à échelle réelle.
Il vous faudra lever la tête pour observer ce TB-TT à échelle réelle.
Sur la version PS4 de Battlefront, un nouvel onglet du menu principal permet d'accéder à la mission VR. S'ouvre alors un nouvel écran d'accueil qui met en scène un TB-TT (quadripode impérial) sur fond blanc. Une ambiance qui n'est pas sans rappeler l'écran d'accueil classique de Battlefront sauf que cette fois le TB-TT est à échelle réelle et qu'il faut donc lever la tête pour en apercevoir le sommet. La manette vibre à chaque nouveau pas du quadripode renforçant l'immersion.

Un écran qui me donne déjà quelques premiers frissons et j'enchaîne sur une scène, toujours sur fond blanc, mettant en scène l'appareil : un X-Wing. Comme dans le jeu original, les textures sont propres et détaillées malgré le manque de résolution évident du PS VR qui floute légèrement le tout. Aucun doute possible, on sent qu'on a affaire à une expérience AAA. Je peux faire le tour de l'appareil en sélectionnant (par téléportation) différents points de vue pré-enregistrés et observer une unité R2 près de l'échelle pour monter dans le cockpit. Un petit droide astromécano qui me rappelle bien évidemment R2-D2 mais cette fois bardé de coloris rouges.
Vous pouvez choisir le sexe de votre personnage.
Vous pouvez choisir le sexe de votre personnage.
Après avoir grimpé l'échelle, j'entre donc dans le cockpit. La modélisation du cockpit est une franche réussite avec de nombreux éléments en 3D et plusieurs boutons interactifs. A milles lieux du cockpit spacieux d'un Elite Dangerous qui joue beaucoup sur les interfaces holographiques futuristes, le cockpit d'un X-Wing est beaucoup plus étroit et mécanique. Pour le fan de la saga que je suis, c'est très fidèle à ce que je pouvais m'imaginer en regardant les films qui ont bercé mon enfance. Le charme opère de suite et j'ai hâte de décoller. J'appuie donc sur l'interrupteur pour démarrer le moteur. On me propose alors un dernier menu qui va me permettre de choisir mon sexe et mon style de vol (normal ou inversé). Précisons que le choix du sexe changera la voix du personnage joué mais n'aura aucune incidence sur l'expérience ou la nature des dialogues.

J'incarne une jeune recrue de l'Escadron Rouge dont le matricule est Rouge 4. L'expérience débute dans le noir total avec un dialogue entre mon droide LU-28 et moi-même. Je viens visiblement de sortir de l'hyperespace mais je ne vois pas la flotte rebelle que je m'attendais à trouver au lieu de rendez-vous. La scène s'éclaire enfin et me permet de découvrir le cockpit de mon X-Wing perdu dans l'espace face à "une galaxie lointaine" très belle mais trop floue pour véritablement l'apprécier. Fort heureusement, je ne reste pas seul bien longtemps puisque j'ai simplement sauté dans l'hyperespace un peu trop tôt. J'ai à peine le temps d'admirer le paysage que la flotte rebelle sort à son tour de l'hyperespace tout autour de moi. Premiers frissons, surtout lorsque la Corvette Corellienne passe juste au-dessus de ma tête et me permet d'apprécier ses dimensions imposantes. 
Dans une galaxie lointaine, très lointaine...
Dans une galaxie lointaine, très lointaine...
Alors que la leader de l'escadron me demande de patrouiller dans la flotte, je reprends le contrôle de mon vaisseau. Le gameplay est simple et intuitif. Pas de simulation complexe ici, tout est fait pour que le plaisir soit immédiat. Il m'est ainsi très simple de frôler les vaisseaux les plus imposants de la flotte tels que les Frégate Nébulon B. Pour la première fois, je me rends véritablement compte de la taille monstrueuse de ces vaisseaux de l'univers de Star Wars capables de transporter jusqu'à un millier de personnes.

La patrouille sera de courte durée puisque mon escadron reçoit rapidement un signal de détresse de K-2SO, un droide aux commandes d'un chasseur U-Wing de l'équipe d'extraction Bravo en perdition dans un secteur qui sera très bientôt visité par les forces impériales. Le vaisseau serait d'une très grande importance pour l'Alliance Rebelle puisqu'il transporterait une personne cruciale (ceux qui ont suivi les quelques infos sur Rogue One se douteront sans doute de l'identité du passager, ou plutôt de la passagère). Nous voici donc partis avec mes trois compagnons de vol dans une mission de sauvetage qui ressemble fortement à une mission suicide. Ma chef, Leader Rouge, me demande de me mettre en formation et commence le décompte pour sauter en hyperespace. Deuxième moment de frissons lorsque les points blancs représentant les étoiles lointaines s'étirent à l'infini pour finalement former un couloir bleu synonyme d'hyperespace !
 
On s'entraîne au tir sur les petits astéroïdes.
On s'entraîne au tir sur les petits astéroïdes.
Le point d'arrivée n'en est pas moins impressionnant puisque nous atterrissons en plein champ d'astéroïdes. L'occasion de déplier les ailes du X-Wing pour passer en position de combat et dégommer quelques petits cailloux spatiaux avec les lasers. Comme un enfant, cela me fait sourire de faire joujou avec mes lasers, et tout comme moi, le pilote que j'incarne éclate de rire. On note la touche d'humour très sympathique des compagnons de vol qui ont tout entendu, mon "micro" étant resté ouvert. S'ensuit un parcours acrobatique à travers les astéroïdes massifs qui se termine sur la découverte du U-Wing. Le robot qui le pilote nous explique alors que les ailes sont restées en position de combat et qu'il lui est donc impossible de sauter en hyperespace pour rejoindre la flotte. Il va donc nous falloir le protéger durant les réparations et nous avons à peine le temps de faire connaissance que déjà une patrouille de chasseurs TIE nous attaqueL'affrontement est jouissif et définitivement arcade ! Cela explose de partout et les animations des TIE qui tourbillonnent avant d'exploser rappellent fortement celles des films.
La séquence de l'arrivée du Destroyer est impressionnante !
La séquence de l'arrivée du Destroyer est impressionnante !
Les renforts arrivent enfin, une Corvette Corellienne débarque dans le système. Alors que nous tentons de la rejoindre toujours sous les tirs ennemis pour nous mettre à l'abris, de gigantesques lasers verts explosent la Corvette juste face à nous. Il suffit de lever la tête pour comprendre ce qui se passe. Un énorme Destroyer Impérial tente de m'abattre avec ses turbolasers. J'ai juste le temps d'activer mon bouclier et réaliser une manoeuvre d'évitement mais c'est trop tard, mon X-Wing est endommagé et fait du surplace. Impossible de rejoindre mes compagnons pour les aider. Heureusement, mon droïde se met au travail et redémarre les moteurs. Quelques secondes plus tard, me voici plein gaz pour aller soutenir l'escadron engagé dans une bataille épique. Je tombe à pic ! L'un de mes alliés est dans de sales draps et me demande de venir l'aider. Notez qu'il peut mourir s'il n'est pas secouru assez rapidement ce qui influera sur les dialogues de la suite de l'aventure. Il est à présent grand temps de contre-attaquer et de couper court à l'offensive du Destroyer. Impossible de le détruire avec une si petite flotte, il va donc falloir faire preuve d'intelligence. Leader Rouge nous demande d'attaquer les turbolasers puis de neutraliser le système de visée du Destroyer ce qui donne lieu à une énorme explosion dans la partie supérieure du mastodonte. Le moment de répits qui suit permet enfin au U-Wing de sauter en hyperespace pour rejoindre la flotte. Pas question de traîner dans le secteur, j'emboîte le pas et, ni une, ni deux, me voici de nouveau en hyperespace.

Mission accomplie : vous voilà de retour au milieu de la flotte avec les félicitations de l'Amiral pour cette mission rondement menée. Mais bien évidemment, pas de répits pour les bons pilotes en cette période d'instabilité intergalactique et revoilà l'escadron reparti vers de nouvelles aventures.
 

L'expérience est exactement ce qu'on peut attendre d'un space opera en réalité virtuelle

Comme vous l'aurez compris, cette expérience fait la part belle à la narration et pour l'immersion, cela fonctionne ! Il ne suffit que de quelques secondes pour qu'on ne fasse plus qu'un avec le pilote que l'on incarne. On ressort de Star Wars Battlefront Rogue One: VR Mission avec la sensation d'avoir vécu à la première personne une séquence (malheureusement trop courte) d'un des longs métrages. Je n'ose même pas imaginer ce que pourrait donner ce type d'expérience associée à joystick, un simulateur de mouvement et un Buttkicker.

Les développeurs ont tenu à faire dans le fan service et cela marche plutôt bien. On peut ainsi revivre plusieurs moments clés de l'univers Star Wars : la patrouille au sein d'une flotte, le parcours dans un champ d'astéroïdes, la bataille avec un essaim de chasseurs TIE, l'affrontement d'un Destroyer Imperial, la réparation du vaisseau, les sauts en hyperespace, etc. L'expérience, si elle ne dure qu'une vingtaine de minutes, fourmille de petits détails intelligents comme le droïde qui s'adresse à nous lorsqu'on se tourne vers lui, les dialogues indignés lorsqu'on tire sur un allié, les ailes qui se déplient en formation de combat et qui se replient lorsqu'on appuie sur le boost, les explosions spectaculaires, etc...

Graphiquement, c'est excellent. Les textures sont belles, les modèles sont détaillés, la direction artistique des secteurs spatiaux visités est réussie. Là encore, l'ambiance contient plein de petites choses qui ajoutent du réalisme allant de la verrière du cockpit légèrement sale dans les coins aux moteurs qui scintillent à l'arrière du vaisseau en passant par un cockpit admirablement complet, interactif et crédible.

L'ambiance sonore est également très travaillée. Les sons des moteurs, les lasers, les explosions et les doublages français n'ont rien à envier aux productions cinématographiques et les musiques accompagnent parfaitement l'ambiance de chaque séquence de l'expérience.

Notons que je n'ai pas souffert de motion sickness durant l'expérience pourtant très mouvementée. Le réalisme du cockpit et le fait de toujours voir le nez du X-Wing devant moi contribue sans doute à atténuer le phénomène. Notons par ailleurs la bonne idée des développeurs de réduire le FOV dans les scènes les plus intenses et de légèrement décaler la tête vers l'arrière durant les accélérations et de la ramener vers l'avant durant les décélérations. C'est naturel et cela renforce l'impression de vitesse tout en évitant les malaises.
 

Conclusion

Avec Star Wars Battlefront Rogue One: VR Mission, EA et Criterion placent la barre très haut pour les prochaines simulations spatiales. Voilà ce à quoi devrait ressembler un space opera en réalité virtuelle. J'ai pris une sacré claque en jouant cette aventure uniquement limitée par la résolution d'un PS VR qui s'en sort malgré tout admirablement bien.

Malheureusement, comme bien souvent sur nos tendres casques de réalité virtuelle il faudra se contenter d'une courte expérience de 15-20 min pour le moment alors qu'on aura rêvé d'un jeu complet avec une véritable aventure à la clé... Mais puisque c'est offert (pour ceux qui possèdent déjà Battlefront sur PS4), on prend quand même volontiers !
 
Les points forts
  • Un véritable effort narratif
  • Une réalisation AAA
  • Un gameplay arcade réussi
  • Une bande son et des doublages dignes d'un long métrage
Les points faibles
  • Trop court
  • Nécessité de détenir le jeu complet et exclusivement sur PS4
Star Wars Battlefront Rogue One: X-Wing VR Mission sur ETR Apps
Incarnez un pilote rebelle et maîtrisez le combat spatial dans un monde virtuel complètement immersif avec Star Wars Battlefront Rogue One: X-wing VR Mission. Inspiré du prochain film Rogue One: A STAR WARS Story, les joueurs devront combattre aux confins de l'espace.
Avis ETR          Avis des lecteurs


Tag(s) associé(s) : Software, Actualité, Test, Playstation VR
7 COMMENTAIRES

Connectez-vous pour commenter.