TEST
Test - Dead and Buried : Quand le Far West s'invite en VR

Publié par
 @kris7277
le 14/12/2016 à 22:09
Dead and Buried était l'une des démos qui nous avait le plus impressionné avec les Oculus Touch quand ces derniers n'étaient pas encore disponibles. On attendait donc avec impatience que le jeu débarque afin qu'on puisse le tester en profondeur. Surprise ! Quelques semaines avant le lancement des Touchs, on découvre qu'il sera offert pour toute pré-commande ! Développé par Gunfire Games, le studio à l'origine de Chronos, un des meilleurs titres VR manette, cela n'augurait que du bon. Pari réussi ?

Le porte étendard des Oculus Touch

Dead and Buried se déroule dans un univers assez atypique pour un jeu VR. Pas d'environnement futuriste ou d'arme cybernétique ici mais le bon vieux Far West, avec des flingues à l'ancienne. Plutôt original donc. Le concept est assez simple, vu qu'il s'agit d'un "simple" jeu de tir. L'originalité de l'expérience viendra surtout de ses modes de jeu et de sa finition globale, qui est vraiment réussie.

Les animations des autres joueurs sont extrêmement réussies et renforcent l'immersion
Les animations des autres joueurs sont extrêmement réussies et renforcent l'immersion
En effet, titre de lancement "Oculus Studios" oblige, le jeu est bien fini et ne souffre pas vraiment de "défaut" majeur. La maniabilité est au poil, avec une bonne prise en charge des Oculus Touch, un rechargement assez particulier qui renforcera l'impression de manier une vraie arme et des niveaux bien agencés, qui vous demanderont de vous accroupir et tirer sur les cotés comme dans une vraie fusillade. Le plus impressionnant se situe au niveau des animations des autres joueurs, qui semblent réellement "vivants" en bougeant de manière naturelle, ce qui est extrêmement rare en VR où on est plutôt habitué à voir ses camarades virtuels se tordre dans tous les sens dans des positions plutôt "saugrenues".

L'ambiance est également très réussie, avec un univers Far West très marqué, que ça soit au niveau des menus que sur les personnages. On a vraiment l'impression d'être dans le désert par moment, avec des scènes sorties tout droit de films cultes. Un petit bug subsiste toutefois et réinitialise la position du "roomscale", ce qui fait que cela peut vite devenir dérangeant par moment. Les développeurs sont conscients du problème, qui devrait d'ailleurs être réglé rapidement via une mise à jour. Autre problème un peu gênant : les voix des adversaires sont difficilement audibles et sont coupées dans les chargements en passant par la fonction Voip du jeu. On vous conseille donc d'utiliser un logiciel comme Teamspeak ou Skype si vous voulez jouer entre amis.

Des modes de jeu réussis mais peu nombreux

Malgré ces petits couacs, la réalisation globale de Dead and Buried reste très réussie, mais ce sont surtout les modes de jeux qui lui permettent de se démarquer des autres shooters VR. Si vous en aviez marre des shooters par vague, alors bonne nouvelle, car Dead and Buried est très porté sur le multi-joueur. Et par là, j'entends que les ennemis seront principalement des humains, et non des vagues d'ennemis inanimés.

Le mode Quickdraw permet de se prendre pour un vrai Cowboy
Le mode Quickdraw permet de se prendre pour un vrai Cowboy
Il y a certes un mode "Horde" qui est sympathique et permettra de faire face à des vagues d'ennemis virtuels, mais ce dernier n'est pas vraiment au coeur du jeu. Gunfire Games a principalement voulu mettre en avant la dimension sociale de la VR, avec des modes se jouant exclusivement entres humains. Il y a par exemple le mode Quickdraw, où deux joueurs devront dégainer leurs flingues et toucher le plus vite possible l'autre joueur pour gagner, comme dans un bon vieux film de cowboys. Ce mode est extrêmement réussi et provoque de bonnes tranches de rigolades, que vous connaissiez votre adversaire ou non. Il y a aussi un mode classique de Deathmatch / Team Deathmatch, qui dévoilera tout son potentiel avec un ou plusieurs amis en multijoueur.

Le mode Robbery est une vraie réussite
Le mode Robbery est une vraie réussite
Mais le mode le plus réussi est le mode Robbery, qui se déroule presque comme une sorte de jeu de stratégie. Dans ce dernier, chaque partie se déroule en "manche" qui vous place seul ou avec un partenaire dans un endroit spécifique de la map comme un train en mouvement. Il faudra tuer ses adversaires humains un nombre de fois défini à l'avance et celui qui gagne la manche avancera d'un "niveau" dans la carte. Gagnez assez de fois et vous pourrez atteindre le camp ennemi pour lui voler son magot, mais attention, car perdre vous fera reculer d'un niveau. On s'est bien fait massacrer avec NiK d'ailleurs, avec des joueurs américains qui nous ont complètement vidé les poches...

Le mode entraînement n'accroche pas vraiment malgré sa dimension scoring
Le mode entraînement n'accroche pas vraiment malgré sa dimension scoring
Les modes sont donc très originaux et rafraîchissants, mais malheureusement on aurait aimé en avoir plus. Car ils sont très réussis mais au final, ils ne sont que 4 au total si on compte le mode entraînement où il faudra tirer sur des cibles, qui n'est d'ailleurs pas très addictif malgré son coté scoring. Heureusement, le jeu propose pas mal d'éléments venant renouveler le gameplay comme des armes "éphèmères" assez intéressantes. Elle devront êtres ramassées dans l'environnement et incluent arcs, fusils ou encore boucliers, ce qui permet de prendre ses adversaires de court.
On aurait aimé donc que le contenu soit plus important mais la réalisation globale et le fun proposé par l'expérience font qu'on a du mal à lâcher les manettes pour retourner à la réalité, non virtuelle cette fois.
 

Conclusion

Dead and Buried est le type d'expérience qui est parfaite comme "premier titre VR". Fun, pas prise de tête et intuitive, elle plaira à tout le monde et provoquera de bonnes tranches de rigolade. Mais c'est surtout sa finition globale, ses animations naturelles et son originalité qui lui permettent de sortir du lot et d'en faire un indispensable de la VR. C'est dommage donc que le contenu, aussi fun et réussi soit-il, reste aussi maigre, surtout quand on voit le prix de l'expérience (40 euros) pour ceux qui doivent passer à la caisse pour l'obtenir.

Le jeu finit donc par être très, voire un peu trop porté sur le multi-joueur, ce qui n'est pas forcément un défaut en soi, mais limite un peu le public visé. Les développeurs semblent activement travailler sur le titre et on espère qu'ils rajouteront du contenu via des mises à jour, mais en tout cas, cela reste une excellente expérience même dans son état actuel. Il faudra juste passer outre la douleur initiale de dépenser 40 euros pour ensuite profiter du titre, à moins que vous faites partie de ceux qui l'ont obtenu gratuitement bien sûr.
Les points forts
  • Réalisation et animations très réussies
  • Un système de rechargement bien pensé
  • Des modes très originaux et funs
Les points faibles
  • Manque de contenu
  • Difficulté pour entendre la voix des autres joueurs
  • Un problème de position de la zone roomscale


Tag(s) associé(s) : Actualité, Oculus Rift, Test
11 COMMENTAIRES

Connectez-vous pour commenter.