TEST
Test - Werewolves Within : Apprenez à mentir en réalité virtuelle

Publié par
 @kris7277
le 19/01/2017 à 14:16
Ubisoft, un éditeur de jeu qu'on ne présente plus, semble vraiment s'intéresser à la VR. Ils étaient déjà à l'origine du très bon mais un poil trop cher Eagle Flight et maintenant ils nous proposent leur deuxième jeu, Werewolves Within. Encore une fois, le jeu est proposé à un prix premium, donc nous sommes en droit d'attendre une expérience de qualité. Verdict ?
Le principe de Werewolves Within est simple. Il s'agit d'un "portage" du jeu de société Les Loups Garous de Thiercelieux, où chaque joueur (entre 5 à 8 joueurs) incarne un rôle prédéfini (villageois, loup garou, devin...). Le problème, c'est que personne ne sait qui est qui, donc les villageois devront tenter de trouver où est le loup garou parmi eux, en s'alliant avec les autres joueurs pour tenter de démasquer l'intrus, tandis que le loup, lui, devra convaincre les joueurs de voter pour un des leurs afin de gagner la partie.

La VR sociale, toujours aussi efficace

Choisir à qui faire confiance est critique dans Werewolves Within
Choisir à qui faire confiance est critique dans Werewolves Within
Pour pouvoir démasquer le loup garou présent dans la partie, il va falloir non seulement jouer le détective, mais surtout plaider votre cause. Car si vous, vous savez que vous n'en êtes pas un, les autres non ! Régulièrement, la plupart des joueurs vont douter de vous et il faudra convaincre vos camarades de ne pas voter pour vous dans la séquence de fin, qui éliminera le joueur ayant le plus de votes contre lui. Mais attention, car il n'y a pas que le rôle de villageois dans Werewolves Within !

Préparez vous à mentir si vous obtenez le rôle du loup garou !
Préparez vous à mentir si vous obtenez le rôle du loup garou !
Plusieurs rôles différents pourront vous être attribués en début de partie. La plupart des rôles ont une capacité qui permet de déclencher une action spéciale, comme le Villageois, qui pourra élire un leader pouvant donner deux votes. Il y a aussi le "Watcher", qui pourra avoir accès à deux "rumeurs" sur un joueur '(une vraie, une fausse) mais un des plus intéressants par exemple est le Deviant, qui lui devra tenter de convaincre qu'il est le loup garou pour que les villageois votent contre lui. On ne pourra donc pas faire confiance à tout le monde dans Werewolves Within et grâce à la réalité virtuelle, on devra convaincre avec sa personne, sa voix, ses propos...

Il est même possible de chuchoter avec ses camarades en se penchant vers eux
Il est même possible de chuchoter avec ses camarades en se penchant vers eux
Car oui, le média fantastique qu'est la VR permet de proposer un type de jeu totalement nouveau, qui ne repose pas sur les boutons ou les éléments de gameplay à la manette. Et même si le concept de base pourrait faire peur pour un jeu vendu aussi cher, il se prête pourtant magnifiquement bien à la réalité virtuelle. Ici, il faudra tout simplement parler, comme en vrai pour convaincre ses alliés ou dans le cas contraire, baratiner les autres joueurs pour les faire éliminer l'un d'entre eux. Pour ça, il n'y aura pas de compétence magique ou d'élément particulier et il va falloir, comme dans la vraie vie, apprendre à mentir, convaincre les gens avec notre charisme et surtout ne pas se prendre dans ses propres mensonges, qui nous trahissent régulièrement. 

Oups, je crois que je suis grillé...
Oups, je crois que je suis grillé...
On se sent un peu perdu au début, en se demandant comment faire puisque rien n'est présent pour nous épauler, mais c'est ce qui est saisissant dans le jeu, car on finit par se rendre compte qu'on est plus vraiment dans un jeu, mais bien dans une sorte de monde digital avec des vraies personnes à convaincre comme dans la vraie vie. Cela rend d'ailleurs le tout bien plus stressant, car on donne de sa personne, on ment aux joueurs et on a vraiment l'impression de se "faire griller" si on se fait démasquer, chose qui serait impossible avec un concept reposant sur des mécanismes classiques avec des boutons.
 

Mais où sont les contrôleurs VR ?

Utiliser des boutons pour les mains en VR, so 2016...
Utiliser des boutons pour les mains en VR, so 2016...
L'immersion est telle qu'on se demande juste une chose : Où sont nos mains ? Et bien il faudra passer par une manipulation fastidieuse, qui nous forcera à attribuer des "gestes" à des boutons de la manette, pour pouvoir les "apercevoir". C'est difficile à comprendre, car le concept du jeu avait réussi justement à presque intégralement se passer de gameplay traditionnel, donc quel dommage de devoir "choisir ses émotions à la manette". A une époque, on aurait pu se dire que c'était tout simplement parce que tel ou tel casque ne possédait pas de contrôleur VR, mais ce n'est plus le cas aujourd'hui puisque le PSVR, le Rift et le Vive possèdent tous les trois leurs propres périphériques.

C'est dommage que les animations soient
C'est dommage que les animations soient "hachées", car elles sont plutôt bien faites à la base
C'est vraiment dommage, car le concept de Werewolves Within est un des plus ingénieux et immersif qu'il nous a été donné de voir en VR et cela casse le côté naturel et surtout nous force à choisir entre 4 gestes uniquement qu'on devra "prévoir" alors qu'on aurait pu s'exprimer naturellement, tout simplement. De plus, les animations sont assez "hachées", ce qui enlève encore plus le naturel des interactions, alors qu'une animation fluide et réussie peut être tellement convaincante qu'elle peut provoquer de sérieux instants de doutes sur notre réalité comme dans Dead and Buried.

Malgré tout, Werewolves Within est tellement bon qu'on lui pardonnera facilement ses défauts. C'est une des premières fois qu'on ne doit pas activer un bouton, manipuler un objet ou parcourir un niveau pour jouer à un jeu, mais tout simplement se comporter en tant qu'être humain, chose que seule la réalité virtuelle permet.
 

Conclusion

Werewolves Within est typiquement ce type de jeu qu'on aime en réalité virtuelle, qui ne cherche pas à transposer un gameplay classique en VR mais d'exploiter cette dernière pour proposer quelque chose de totalement nouveau. Les gros studios sont en général très frileux en ce qui concerne les prises de risques, pourtant Ubisoft nous prouve encore une fois qu'ils ont compris en quoi consiste la réalité virtuelle, qu'elle est là pour nous faire croire qu'on a pris un portail pour se rendre dans un monde digital.

Quel dommage donc que le jeu ne supporte aucun contrôleur VR, alors qu'à côté il avait presque réussi à totalement se passer des éléments de gameplay classique pour nous proposer tout simplement de se comporter en tant qu'être humain devant convaincre ses partenaires comme dans la vraie vie et non en tant que joueur devant utiliser des boutons et joysticks. On espère donc qu'une mise à jour permettra de remédier à ça, mais en attendant, cela reste tout de même une des expériences les plus ingénieuses en réalité virtuelle qu'il nous a été donné de voir. Reste encore le prix, qui comme d'habitude avec le studio, est un poil élevé et nous fait payer un petit extra pour le savoir faire et le polish d'Ubisoft.
Les points forts
  • Concept ingénieux nous demandant de nous comporter comme un humain et non comme un joueur
  • Mentir !
  • Du crossplay entre PSVR, Vive et Rift
Les points faibles
  • Pas de support des contrôleurs VR
  • Interface un peu complexe
  • Animations très hachées
Config : GTX 1070 / Intel Core i7 6770 HQ, Oculus Rift + Touch (2 caméras opposées en mode 360°)
Werewolves Within sur ETR Apps
Werewolves Within recrée en réalité virtuelle l'ambiance des soirées jeux entre amis, dans un jeu au rythme soutenu pour 5 à 8 joueurs, avec des rôles cachés et de la déduction.
Avis ETR          Avis des lecteurs


Tag(s) associé(s) : PSVR, Oculus Rift, Actualité, Test, HTC Vive
9 COMMENTAIRES

Connectez-vous pour commenter.