TEST
Test - Giant Cop : incarnez le dieu des flics pour mettre des PV...

le 14/05/2017 à 13:46
Quand la réalité virtuelle s'est ouverte à un public plus large avec l'Oculus Rift DK1 et que les développeurs ont commencé à développer toutes sortes de démos, certains genres ont semblé évidents. Les FPS, les jeux d'horreur, les expériences contemplatives... Cependant, on a aussi fini par découvrir que les expériences avec un aspect "maquettes" passaient également à merveille en VR, donnant un style "tapis de jeu" du plus bel effet. Et dans le genre, Giant Cop sur Oculus Rift en est probablement le représentant le plus ambitieux compatible avec les Oculus Touch... Mais cela suffit-il sur la longueur ?

Yippee-kai mother fu... Vilain pas beau.

Vous avez le droit de garder le silence monsieur, et il n'y a pas de "AHHHH JE VAIS MOURIR" qui tienne
Vous avez le droit de garder le silence monsieur, et il n'y a pas de "AHHHH JE VAIS MOURIR" qui tienne
Dans Giant Cop, comme vous l'aurez compris, vous allez devoir incarner une écolière faisant face à... Ouai, non, en fait vous allez incarnez un flic badass de 50m de haut, une sorte de Marcel Patulacci 2.0 quoi. A fortiori, on pense donc qu'en incarnant un personnage principal pareil, le jeu va nous permettre de foutre la pagaille dans cette ville faisant penser à une sorte de clone de San Francisco des années 70 (Funky Cops Power). Hélas, s'il est en effet possible de faire un peu tout et n'importe quoi dans le jeu, que ce soit attraper les voitures et passants au sol pour les jeter 100m plus loin, ou faire du baseball avec une batte et des balles géantes, les objectifs de la campagne seront bien plus classiques.
 

Un grand pouvoir implique de petites responsabilités !

C'est amusant... Mais ça ne sert à rien.
C'est amusant... Mais ça ne sert à rien.
Vous êtes peut-être un flic de 50m de haut, mais vous restez un agent de la paix avant tout (bon ok j'arrête avec les références aux Inconnus). Vous allez donc devoir respecter un certain code, et la plupart des missions que vous allez enchaîner vont vous demander de "chercher" des objectifs représentés par des criminels ou bien des containers... Au final, le jeu nous permet donc d'incarner un super flic géant qui pourrait se faire une petite partie de boxe avec Godzilla, mais nos supérieurs nous refilent des objectifs qu'un être humain de taille normal pourrait accomplir, ce qui donne assez rapidement une certaine frustration aux joueurs. Une sorte de surpuissance inutile... Et hélas, cela ne va pas aller en s'améliorant.
 

"Chérie, on t'a acheté un Punching-Ball pour Noël, mais c'est juste pour que tu lui fasses des caresses !"

Une fois capturé, les délinquants doivent être "envoyés" au commissariat
Une fois capturé, les délinquants doivent être "envoyés" au commissariat
Hélas, on pourrait penser que les objectifs de départ sont volontairement "ordinaires" histoire de nous faire commencer l'aventure en douceur, mais la campagne d'un peu plus de 3 heures va pourtant bel et bien garder ce rythme "pépère" tout au long de son avancée. Le titre qui avait tout pour incarner le parfait défouloir VR avec son aspect maquette et son pitch de départ totalement burlesque ainsi qu'un côté série B du meilleur effet n'est au final presque jamais fun. Les 5 îles différentes qui forment la ville ont beau être vraiment agréables à parcourir en VR, on se rend malheureusement bien trop vite compte que tout ça n'est que de la poudre aux yeux, et que si la forme est aguicheuse, le fond, lui, est incroyablement vide et austère.
 

En fin de compte...

L'ambiance '70's' se ressent dans le design des personnages. Jetez-moi un œil à ce torse saillant et cette moustache audacieuse !
L'ambiance '70's' se ressent dans le design des personnages. Jetez-moi un œil à ce torse saillant et cette moustache audacieuse !
C'est bien dommage car techniquement le jeu tenait vraiment la route, et je suis personnellement réellement fan de l'ambiance seventies retenue pour le jeu. De plus, la musique est assez raccord et les Oculus Touch sont (plus ou moins) bien utilisés (certains objets à attraper m'ont forcé à sortir de mon espace "Guardian", avec aucune possibilité de pivoter via les Oculus Touch). L'histoire est inexistante, avec un final manichéen au possible et tout sauf original, bien qu'il reste cependant le moment le plus palpitant de cette aventure d'un peu plus de 3 heures...

Conclusion

Giant Cop est donc un jeu qui semble passer complètement à côté de son public. C'est un peu comme si on vous donnait l'occasion d'incarner Superman afin de voler à travers Metrocity... pour recycler des ordures. C'est d'autant plus incroyable quand on sait que le plus gros du travail a bien été fait par les développeurs : bons support des Touchs, aspect maquette du plus bel effet, ville d'une taille convenable avec pas mal d'objets "géants"  pouvant être maniés par votre personnage démesuré...

Hélas, il semblerait que les développeurs aient pris le virage complètement opposé en proposant une expérience de base parfaitement adaptée à l'amusement, avec un personnage extraordinaire... forcé à se coltiner un boulot bien ordinaire.

 
Les points forts
  • Bonne ambiance
  • Thème sonore sympa et raccord
  • Visuellement agréable
Les points faibles
  • Des objectifs barbants pour un super flic de 50m de haut, sérieux ?
  • Tout casser ne sert à rien
  • Aucun ennemi à notre mesure...
  • Bref, 50m de haut peut-être, mais métro-boulot-dodo quand même
Giant Cop: Justice Above All sur ETR Apps
Vous êtes le Giant Cop. Utilisez votre taille à votre avantage afin d'explorer le monde ouvert, trouver des objects intéractifs cachés et surveiller la ville afin de découvrir les activités criminelles qui s'y déroulent.
Avis ETR


Tag(s) associé(s) : Oculus Touch, Oculus Rift, Test
5 COMMENTAIRES

Connectez-vous pour commenter.