TEST
Test - Wilson's Heart : Un vrai diamant brut

Publié par
 @kris7277
le 28/04/2017 à 14:26
Wilson's Heart fait partie de l'initiative d'Oculus visant à sortir "un gros jeu VR par mois" lancée depuis la sortie du cultissime Robo Recall. Développé par Twisted Pixel, ce dernier se déroule dans un hôpital des années 40 où l'on incarnera Wilson Robert, un patient ayant découvert qu'on avait retiré son coeur. Annoncé comme un VR Thriller, il est supposer proposer autre chose que les shooter par vague qu'on voit un peu trop récemment. Pari réussi pour Oculus ?

Un vrai bol d'air frais

Ca commence bien...
Ca commence bien...
Wilson's Heart commence très mal niveau scénario. On se retrouve accroché à des chaînes dans un hôpital où il y a clairement quelque chose qui va pas. Plusieurs éléments "paranormaux" se déroulent devant vos yeux, l'aspect scénaristique très poussé du titre se fait vite sentir et quel plaisir ! Je commençais personnellement à en avoir marre des wave-shooters à répétition et le titre propose une expérience radicalement différente, avec des dialogues, une vraie histoire, un environnement crédible et détaillé ainsi que des protagonistes. Une fois les chaînes brisées, on pourra avancer grâce à un système de téléportation efficace mais un poil frustrant.

Le système de déplacement en node
Le système de déplacement en node
En effet, il prend la forme d'un système par "node", qui pousse à regarder l'emplacement prédéfini de téléportation. On s'y fait assez vite cependant et cela fonctionne relativement bien malgré tout, même si un système de téléportation classique aurait été plus immersif, quoique bien moins pratique dans le jeu. D'ailleurs, la position est très limitée et il ne sera pas possible de bouger librement, même dans sa zone roomscale, car le jeu se mettra en pause ce qui est très gênant, après on comprend pourquoi. Wilson's Heart est un jeu d'énigme et certaines sont déjà compliquées (pour des raisons expliquées plus tard dans le test) donc on imagine mal ce que ça aurait donné s'il fallait examiner partout afin de savoir quoi faire. Les énigmes ne sont pas si compliquées que ça dans le fond et souvent, il s'agit simplement de trouver des objets, les manier et exploiter l'environnement afin d'avancer. Ce qui les rend compliquées, c'est les intéractions du jeu, qui sont tout sauf intuitives.

Des interactions manquant clairement de naturel

Les intéractions ne sont pas du tout calées sur la réalité, ce qui complique tout
Les intéractions ne sont pas du tout calées sur la réalité, ce qui complique tout
Wilson's Heart exploite les Oculus Touch, les contrôleurs VR d'Oculus. "Hourra" me dira-t-on et avec raison, car cela rend le jeu nettement plus immersif que sans, ce qui était le principal défaut de The Assembly, un jeu du même genre qui se jouait exclusivement à la manette à la base. Problème, toutes, mais alors je dis bien toutes les interactions sont ratées. Ca parait incroyable, mais Twisted Pixel a réussi à rendre le simple fait d'ouvrir une porte pas intuitif et complètement bizarre à cause de leur volonté de privilégier les animations du jeu au dépit de nos vrais mouvements.

Comme par hasard...
Comme par hasard...
En fait, le gros soucis de Wilson's Heart réside dans le fait que les développeurs ont cherché à faire des interactions trop "réalistes" alors que non, il n'y a pas de tiroir devant nous. Cela finit par faire des situations très étranges où l'on voit ses mains dans le jeu dans un sens alors que les nôtres ne se trouvent pas au même endroit ! Le pire dans tout ça, c'est que les développeurs semblent avoir conscience du problème et ont carrément rajouté un deuxième modèle de main "transparent" qui se révélera au fur et à mesure que nos mains réelles et virtuelles se désaligneront. Du coup, on assiste à deux animations : notre animation réelle de nos vrais mouvements et celle du jeu, qui n'est pas calée sur notre réalité avec des avants bras qui partent en cacahuète régulièrement. Pour couronner le tout, ils ont clairement abusé de cette fonction, car les développeurs vont régulièrement vous forcer à placer vos mains à un endroit ou une position spécifique, ce qui n'est pas immersif du tout.

Sur ce passage, votre main gauche traversera les boutons et il faudra obligatoirement utiliser votre main droite qui sera en bois
Sur ce passage, votre main gauche traversera les boutons et il faudra obligatoirement utiliser votre main droite qui sera en bois
Et évidemment, cela ne s'arrête pas là, ça serait trop simple et les interactions avec l'environnement sont elles aussi pas naturelles du tout. Par exemple, il y a énormément d'objets qui ne peuvent pas être maniés et que nos mains traversent, ce qui est plutôt immersion killer en VR. Sauf que le jeu demande souvent de trouver avec quoi interagir, donc il faudra régulièrement taper dans le vide et tout toucher pour trouver quel sera l'objet qu'on peut manier. Certes, ils sont en général marqués en surbrillance, mais pas toujours et même quand c'est le cas, ça ne suffit pas. Encore plus frustrant, votre main traversera de nombreux objets par moment qui devront être maniés plus tard après avoir réalisé telle action, ce qui complique encore plus la tâche de savoir ce qu'il faut faire.

J'ai du mettre 5 minutes et mourir 10 fois avant de comprendre comment fonctionne ce pouvoir...
J'ai du mettre 5 minutes et mourir 10 fois avant de comprendre comment fonctionne ce pouvoir...
Mais là où le bât blesse particulièrement, c'est au niveau de l'utilisation des pouvoirs notamment et sur les combats. On découvrira assez vite que notre coeur de remplacement pourra être utilisé pour exploiter des magies assez rudimentaires comme réparer une lumière ou attirer les objets en métal, mais évidemment, pointer de la main pour l'exploiter aurait été trop simple. Il faudra le pointer dans le bon sens, au bon endroit et au bon moment. C'est, encore une fois, pas intuitif du tout, et on vous conseille d'ailleurs très fortement de lire, relire et bien relire les instructions qui sont accessibles dans les "Notes" se trouvant dans le menu. C'est simple, jouer à Wilson's Heart, c'est un peu comme taper en QWERTY sur un clavier AZERTY. Et pourtant...

Un vrai jeu, avec une vraie indentité


Wilson's Heart est un vrai voyage vers un monde mystérieux
Wilson's Heart est un vrai voyage vers un monde mystérieux
C'est très étrange, car si vous me connaissez un peu, vous savez alors que je pardonne difficilement les problèmes d'immersion. Pourtant, Wilson's Heart est une vraie perle. Car malgré le système de déplacement frustrant, malgré les interactions complètement ratées, arpenter les couloirs de l'hôpital est un vrai plaisir. Je ne sais pas si c'est dû au scénario, qui sans être extraordinaire, tient parfaitement la route, ou à l'univers à l'ambiance très marquée mais une chose est claire, Wilson's Heart a été un vrai coup de coeur pour moi.

Les effets d'éclairage sont absolument magnifiques en VR
Les effets d'éclairage sont absolument magnifiques en VR
Pour commencer, les graphismes en noir et blanc, qui me rebutaient pas mal au début, confèrent un charme indéniable au titre. Dès qu'on enfile le casque, on a vraiment l'impression de s'être téléporté dans un univers étrange, ancien, à l'ambiance à la fois mystérieuse et glauque. Cette décision n'aurait valu rien si elle n'était pas accompagnée d'une direction artistique vraiment réussie, avec des environnements un peu à la BioShock, mais qui gardent leur propre personnalité. Et les graphismes, que dire ! Ils ne sont pas forcément magnifiques, mais la qualité globale est tellement "consistante", soignée et "régulière" dans le sens où tout profite du même soin qu'il est très difficile de ne pas plonger dans cet univers. On vous conseille cependant d'appliquer du Super Sampling grâce à la dernière version 1.14 du Debug Tool, qui pourra être trouvée dans ​C: - Program Files - Oculus - Support - oculus-diagnostics, car le jeu est assez flou à la base.

<font style='font-style:italic;'>Le titre</font> vous surprendra à plusieurs reprises
Le titre vous surprendra à plusieurs reprises
De plus, la mise en avant du scénario est très réussie, même si les personnages sont pas très crédibles par moment, notamment au niveau des doublages qui semblent un peu à côté de la plaque de temps en temps, avec notre héros qui dit un simple "oh nooo" sans conviction quand il voit son amie se faire enlever devant ses propres yeux. Et on risque de me taper dessus, mais les interactions font elle aussi partie du charme du jeu, car même si elles sont complètement ratées, on finit par s'y faire (avant d'être frustrés à nouveau bien sûr) et surtout, elles sont très variées. C'est d'ailleurs leur principale force puisque si certaines séquences sont extrêmement répétitives comme les combats contre les boss, le jeu réutilisera par contre très rarement des éléments d'avant, ce qui donne une sensation de découverte constante.

L'importance du scénario renforce l'impression d'avoir voyagé vers un autre univers
L'importance du scénario renforce l'impression d'avoir voyagé vers un autre univers
L'hôpital est d'ailleurs assez grand et chaque "endroit" possède une identité, ce qui renforce vraiment l'impression de parcourir une aventure, une vraie. Cela donne un côté très "vrai jeu" à Wilson's Heart, qui ne donnera jamais l'impression d'être un titre au rabais, au contraire même puisqu'il transpire la qualité. Et le fait qu'il possède sa propre personnalité, sa propre ambiance lui confèrent un je-ne-sais-quoi, une vraie identité qu'on ne retrouve que trop rarement en VR. L'histoire est un peu courte par contre car il m'a fallu 5 heures pour finir le jeu, ce qui fait peu vu le tarif, mais pour moi, le voyage en valait clairement la chandelle. Attention pour les anglophobes, car le jeu est intégralement en anglais, mais connaissant Oculus, il est possible qu'ils rajoutent une version française plus tard via une mise à jour.
 

Conclusion

Wilson's Heart est un des premiers "vrai jeu" d'Oculus avec un vrai scénario qui exploite réellement les Touch et malgré tout les problèmes que ça engendre, on est ravi qu'ils aient décidé de se passer de la manette classique. Le manque d'intuitivité général et la frustration qu'engendre les interactions laissent vite place à un scénario haletant, à une direction artistique extrêmement réussie et à un univers envoûtant à l'ambiance marquée .

En gros, jouer à Wilson's Heart, c'est littéralement comme taper 
en QWERTY sur un clavier AZERTY. C'est frustrant, on fait des erreurs, on est régulièrement perdu et on est obligé de s'y reprendre à plusieurs fois, mais une fois qu'on s'y fait, on finit par oublier le souci et profiter du jeu ainsi que de ce qu'il propose. Wilson's Heart est donc comme une diamant brut, certes imparfait, mais tout de même magnifique avec une vraie identité. Les personnes à la recherche d'un "vrai jeu" auraient tort de passer à côté et trouveront ce qu'elles cherchent ; préparez-vous juste à vouloir vous arracher les cheveux sur certains éléments.
 
Les points forts
  • Une ambiance très marquée
  • Graphismes très agréables, notamment sur les effets lumineux
  • Un jeu, un vrai
  • Dépaysement total
Les points faibles
  • Les interactions, complètement ratées
  • Court et cher
  • Les pouvoirs, qui sont sous-exploités
  • Des avant-bras qui partent souvent en sucette

​Config : NVIDIA GTX 1080 Ti / Intel Core i5 4670K, Oculus Rift + Touch (2 caméras à 180°), relativement fluide au maximum avec un réglage de SS à 1.3
Wilson's Heart sur ETR Apps
Wilson's Heart nous fait incarner Wilson, un patient malade, se déroule dans un hopital terrifiant dans les années 40. On y incarne Robert Wilson, un patient qui réalise après s'être réveillé qu'on a remplacé son coeur par un...
Avis ETR          Avis des lecteurs


Tag(s) associé(s) : Application, VR, Actualité, Oculus Rift, Test
21 COMMENTAIRES

Connectez-vous pour commenter.