Prochain événement    Soirées Orbus VR (MMORPG VR) sur ETR !    du 15/12/2017 (19:00) au 15/12/2017 (23:00)

TEST
Test - The Talos Principle VR : Faites face à vous-même

Publié par
 @
le 05/11/2017 à 19:45

Au début furent les énigmes et les énigmes firent le jeu, je suis les énigmes mon enfant et tu devras trouver toi-même la solution à tes propres questions, car Talos ne te posera jamais de dilemme insurmontable, seules tes réponses risquent parfois d'être plus compliquées qu'il ne se doit. C'est ainsi que ce jeu d'énigme philosophique très bien ficelé s'adressera à vous durant le long périple qui vous attend.



Ce portage de Talos en VR nous est proposé par l'équipe Croteam, plus connue pour ses jeux bourrins à souhait que sont les Serious Sam. Et si quelques passages du jeu viennent à nous rappeler ce fait, ce n'est que pour mieux encore démontrer l'écart que l'équipe de développement vient de mettre en place face à sa série phare avec cette pépite saupoudrée de son extension.

Des réglages en veux-tu en voilà !



La première chose qui frappe au lancement de ce portage est le menu, simple et efficace. Il regorge d'options en tout genre et avant même de lancer sa partie, on a déjà ce sentiment que tout devrait plutôt bien se passer.
Trois types de téléportation selon la sensibilité, mouvement libre avec choix de la vitesse, réglage de la luminosité et gamma, SuperSampling à la volée avec affichage des valeurs réelles, reprojection, mode confort... et tant d'autres.
 

Serious World.



Nous évoluons tout le long du périple dans des mondes semi-ouverts avec des décors gréco-romains, médiévaux ou de l’Égypte antique pour résoudre des énigmes et récupérer de précieux Sigils permettant notre avancée. Si le titre ne jouit pas d'un remplissage à outrance de modèles 3D en tout genre, l’ambiance qui se dégage est par contre époustouflante grâce à une direction artistique tout bonnement fantastique.
La bande sonore somptueuse qui l'accompagne vient nous enivrer à tout moment et a le bon goût de ne jamais nous empêcher de cogiter. Le tout nous immerge alors de façon très efficace selon les moments et on pourrait presque sentir l'odeur humide de l'intérieur de la cathédrale avec ses hauteurs de plafond à couper le souffle en VR.

Armé de brouilleurs, de connecteurs, de cubes et de plaque de levage, vous allez devoir progresser face à des mines explosives, des murs d'énergie, des ventilateurs et autres mitraillettes téléguidées avec une difficulté en augmentation assez constante et maîtrisée. Un certain nombre de puzzles, interconnectés entre eux permettent de récupérer les étoiles indispensables à la progression à long terme.

Niveau contenu, le jeu propose trois mondes regorgeant d'énigmes mais aussi et surtout un scénario très riche. Ce dernier s'exprime grâce d'une part aux QR codes disséminés sur les murs et d'autre part aux ordinateurs dans les divers niveaux vous donnant accès à "L'assitant Milton", une librairie interactive activée depuis 9999 ans. De nombreuses données sont corrompues et il vous faudra un convertisseur Hexadécimal en accès rapide pour traduire certains passages, l'un d'entre eux étant nécessaire pour résoudre une énigme. Un casque VR avec un système FlipFlap est clairement un plus pour ce titre qui nous obligera à sortir de la VR au moins une fois.
Une IA dans ces ordinateurs sera votre principale collaboratrice dans le jeu et c'est elle qui apportera tout un questionnement sur la nature de l'existence. Les autres documents proposés, par petites touches, toujours très courts à lire (avec une taille des caractères modifiable dans les options), vous permettront d'en apprendre plus sur l'univers et les mythologies de chaque monde que vous parcourez.
 

Un portage qui tristement nous rapelle souvent ce qu'il est !



Mirroir, mon beau mirroir, qui est le plus beau des robots ?
Pas toi mon enfant, car tu es mal animé, sans prise en charge de tes contrôleurs de mouvement face à moi.

Et c'est avec une certaine déception que l'on constate souvent ce genre de détail, tel que le fait de rester parfois figé sur place pendant que l'ascenceur descend, et qui ne permet pas à Talos de se faire passer pour un jeu développé en VR.

Commençons par le premier brouilleur que l'on prend immédiatement dans les mains et que l'on regardera inévitablement en détail au lancement du jeu, pour constater la texture plaquée dessus et l'absence de petite bulle pour le laser. Même si par la suite c'est le cadet de nos soucis, ça n'aurait coûté que si peu en ressource, quel dommage !

Si le système d'accroche et d'attrape des objets est imparfait avec son lot de mauvais positionnement, et semble nous provenir directement de la version 2D, il est par contre globalement efficace et on ne lui en voudra pas trop pour ça. Attention cependant, la distance d'interaction a parfois clairement des variations, surtout quand nous sommes perchés en hauteur et qu'avec nos bras invisibles d'élastic girl, en nous penchant vers le bas, nous attrapons des objets qui devraient être inaccessibles.

Par contre et bien plus grave et désagréable, les sauts à la téléportation ont des distances, des hauteurs et des possibilités vraiment inégales selon les moments. C'est plutôt perturbant et compliquera grandement la recherche d'étoile si ce n'est pas consciemment pris en compte par le joueur. Une fois qu'on a repéré une étoile, il faut vraiment garder à l'esprit que certains murs ne seront pas aussi hauts ou loin qu'ils en ont l'air et que la solution est peut-être bien dans les parages.
 

Au delà !



Si quelques soucis viennent ternir un peu l'aventure dans ce monde abandonné, c'est ironiquement dans les Glitches volontaires que l'on reconnaît encore la richesse du travail proposé par Croteam. Dans l'adversité et les possibles blocages liés aux dédoublements de temps sur certaines énigmes qui vont peut-être vous retourner les méninges, le menu a prévu de vous proposer un retour volontaire au dernier checkpoint. Si vous n'arrivez pas à finir un puzzle, le dieu des lieux Elohim, vous fera savoir que vous réfléchissez sans doute depuis trop longtemps et que la logique n'est donc pas la bonne ; il vous invitera à changer de zone, revenir plus tard avec la lumière, plus de sagesse et d'expérience.

Et ce ne sera pas un mal car, tout comme le scénario totalement optionnel si vous n'aimez pas la lecture, le monde de Talos regorge d'à-côtés en tout genre, de zones cachées et d'Easter Egg. Vous n'aurez jamais vraiment fini d'être surpris par de nouveaux environnements aussi inattendus que reposants, où vous resterez béats ou tout simplement émerveillés. Avec une volonté de finir le jeu intégralement, ce n'est pas moins de 20H de jeu minimum pour les plus rapides d'entre vous, pouvant aisément grimper à 30 ou 40H avec de moins bonnes capacités de logique et sans tricher par internet bien évidemment.
 

Ça ne t'as pas suffit, tu en veux encore ?



Pas de soucis, Elohim te renvoie sauver tes frêres, mon enfant, dans l'extension offerte Road to Gehenna.
Géhenne, lac de feu, où les impurs brûleront éternellement, un endroit où Dieu Elohim aurait envoyé par erreur de pauvre âmes et compte sur nous pour aller les sauver n'ayant aucun pouvoir là-bas.

Et c'est presque un nouveau jeu à part entière avec beaucoup de lecture en supplément, mais surtout, des énigmes, cette fois-ci, beaucoup plus retors. Gardant les mêmes mécaniques de base et un level design un peu plus épuré, toutes les zones sont cette fois en accès libre et vous arpenterez cette extension de façon non linéaire si vous le souhaitez.
Avec des parties plus ouvertes, plus vastes et des énigmes savamment mises en place pour cette fois intéragir sur l'intégralité des zones, l'extension est également remplie d'Easter Egg. Elle s'attarde cette fois sur la famille, la communauté, le besoin des autres et le fait de s'entraider, remettant en cause vos choix et leurs conséquences. Toujours aussi bien écrit, cette nouvelle partie sait se diversifier pour ne pas avoir un goût de déjà-vu.
Ce n'est pas moins de 10H supplémentaires au compteur qu'il vous faudra pour en venir à bout, et peut-être même plus étant donné la difficulté accrue, pour obtenir les étoiles, qui pourra vous laisser cogiter un bon moment.

 

Conclusion


The Talos Principle VR est une oeuvre d'art philosophique et métaphysique qui donne aux jeux vidéos toute la splendeur qu'ils peuvent avoir.
Intelligent, ne prenant jamais de raccourcis faciles, savant mélange d'espoir et de désespoir, agrémenté de pics d'humour et d'humanité toujours bien pensés.
Cherchant à vous malmener pour votre bien, dans une direction artistique toute trouvée pour ce qu'il propose, Talos ne veut pas juste vous raconter une histoire d'un futur anticipé, il veut que vous vous racontiez quelque chose à vous-même, en transposant certaines de ses recherches de la vérité et de l'inéluctabilité à votre quotidien. Bien plus qu'un jeu d'énigmes bien foutu, c'est avant tout et surtout un périple dont vous sortirez grandi.


Config de test: I7 6700, GTX 1080, 16 Go de ram et HTC Vive
Les points forts
  • De très bons puzzles
  • Une bonne conversion VR, avec foule d'options et de réglages
  • La DA et les musiques
  • Durée de vie conséquente + extension
Les points faibles
  • Un écueuil de petits défauts en VR
  • Quelques problèmes de distance de saut et d'accroche
  • Champ de vision vaste qui du coup fait scintiller les décors dans nos casques de Gen 1
The Talos Principle VR sur ETR Apps
The Talos Principle VR est une version en réalité virtuelle du jeu de puzzle à la première personne de Croteam, acclamé par la critique, dans la tradition de la science-fiction philosophique.
Avis ETR          Avis des lecteurs


Tag(s) associé(s) : Test
18 COMMENTAIRES

Connectez-vous pour commenter.