TEST
Test - Pavlov: L'Onward Arcade !

Publié par
le 10/11/2017 à 20:09
Si Counter Strike est une référence du FPS multijoueurs sur écran plat, c'est aujourd'hui Onward qui se place en référence du FPS Multi-joueurs de la VR. Pavlov vient très précisément se glisser entre les deux et ne s'en cache pas. Comme son homologue VR, Pavlov est développé par une seule personne, un certain Davevillz. Et comme son homologue, on ne peut que rester impressionné par le travail déjà réalisé tout seul.

5 vs 5


A cette date, Pavlov est toujours en early access et prenez donc le test à la mesure de ce qu'il est. Il vous coûtera donc la modique somme de 10 euros ce qui est plutôt une bonne affaire. Il ne propose qu'un unique mode de jeu en 5 vs 5 avec des bots pas bien futés ou du PVP. Soit du team Deathmatch soit de la pose de bombe.

Le titre ne vous fera qu'un tutoriel écrit très sommaire de son fonctionnement. Les habitués d'Onward trouveront leurs marques rapidement, pour les autres ce sera un plus compliqué. Et je conseille fortement de lancer quelques parties avec les Bots pour comprendre les deux cartes et savoir où poser et comment désamorcer la bombe. D'autant que celle-ci explose vite (45 secondes à peine) et que nous avons des moufles pour appuyer sur les touches.

Le Pied en VR, ce qui change vraiment la donne.


Comme son homologue, le rechargement des armes et de la visée se fera en réel. Sur un jeu 3D classique, le rechargement n'est qu'un facteur temps ridicule sans grand impact, alors qu'ici en VR, il est une composante physique réelle pouvant amener son taux de stress et de complication face à l’adversité. Il vous faudra enlever le chargeur, prendre vous-même un chargeur de rechange positionné à votre taille, et penser à réarmer la culasse. Et ceci est difficile à faire à l'aveugle, donc on ne surveille plus l'ennemi en étant prêt à tirer à la milliseconde où l'arme sera rechargée, mais on est occupé sur notre arme et c'est de là que provient cette sensation d'immersion et de danger accrue que seul un jeu VR peut fournir. Idem, la bombe devient plus qu'une simple composante de temps, il faut ici rentrer un code manuellement, avec la possibilité de se tromper. Et il faudra faire de même pour la désamorcer.

Plus arcade que la concurrence.


Pour moult raisons, Pavlov est bien plus arcade, donc un peu moins stressant et exigeant que son concurrent mais tout aussi immersif. Il vous faudra plusieurs cartouches pour tuer un adversaire via le torse ou les jambes et souvent au moins deux pour la tête si celui-ci a un casque. Pas de changement notable de vos capacités quand vous êtes blessé. Le rechargement des armes est globalement plus facile, le désamorçage de la bombe aussi.

Contrairement à Onward par contre, en laissant plus de marge d'erreur, il ne nécessitera pas forcément d’accessoires tels que le Protube VR ou le Magnetic Vive pour bien jouer (ou beaucoup moins) et il en est heureux car au vu du système de rechargement du fusil à pompe, il serait impossible d'en profiter. Il sera par contre parfois compliqué de reposer une arme dans ses emplacements virtuels, et on viendra à la lâcher complètement dans le feu de l'action pour en ramasser une autre au sol par simplicité. Il faut savoir que le nombre de chargeurs que vous possédez est plutôt grand, infini en fait, autant dire que vous ne manquerez jamais de munition.

Le système de déplacement est bien évidement le meilleur qu'il ait pu choisir. A l'aide de la grande précision qu'offre le Trackpad, vous vous déplacerez plus ou moins vite selon la position de votre pouce depuis le centre de ce dernier, et ce n'est donc pas moins de 4 vitesses de déplacement distinctes qui vous sont proposées selon les situations et votre sensibilité. C'est ce qui est, à ce jour, la meilleur méthode pour limiter la cinétose hors téléportation, tout en marchant sur place pour simuler le mouvement dans votre roomscale. Il faudra par contre ranger votre arme pour véritablement courir.

Pour les plus sensibles encore, Pavlov propose un système de téléportation à sa sauce. Une fois le point d'arrivée choisi via le Trackpad, vous voyez (et les ennemis aussi) votre personnage y avancer et une téléportation se fera alors par à-coups jusqu’à la destination finale. Il vous sera possible de tirer à chaque à-coup, mais avec le changement de position engendré ce ne sera vraiment pas simple. Beaucoup moins immersif et un peu étrange en soit, ça a au moins le mérite d'être proposé pour les plus sensibles.

Encore un peu seul !


Les serveurs sont pour le moment sensiblement peu remplis selon les horaires. Quand il y a 15 personnes sur Pavlov, on en compte 30 sur Onward. Ceci n'est pas dit dans le but de vous dissuader d'acheter le jeu, bien au contraire, venez donc nombreux pour grossir cette communauté qui ne se reconnaît pas trop dans la simulation. Mais je suis toujours partisan du fait qu'il faut avoir conscience de ses choix. Cela étant, à ce prix il est sans doute un bon investissement futur car Pavlov a pour lui de proposer un éditeur et donc de nouvelles maps par la communauté, ce qui sera sans doute une de ses grandes forces sur le long terme. Et ce n'est pas sans vous surprendre que je vous apprends qu'on y retrouve déjà du Dust 2 de Counter Strike, Facilities de Goldeneye ou encore Rust de Modern Warfare 2.

Mais le jeu doit impérativement améliorer ses bots pour attirer plus de monde dans un premier temps et permettre de combler le manque de gens en VR. D'autre part, si le jeu télécharge automatiquement les cartes qu'il vous manque quand vous vous connectez à un serveur, il faut être en Bet@ de Steam pour y avoir accès encore aujourd'hui ce qui est vraiment dommage à un stade aussi léger de joueur connecté. 

Conclusion

Fondamentalement il n'y a pas grand chose à reprocher à ce Pavlov en early access, à part ses manquement comme la mini-map dû a sa condition actuelle, ou encore un peu moins de détail sur les armes que d'autres jeux. Mais ce qui est fait est plutôt bien fait et il est d'ailleurs bien plus fluide et semble avoir moins de problème technique que Onward. C'est son contenu officiel et ses modes de jeu qui sont pour le moment trop restreints,  avec une IA qui auraient besoin d'un gros coup de pouce pour rassurer un peu les indécis. Plus arcade et se jouant dans des maps pour le moment plus serrées, il apporte une bien meilleure lecture de jeu avec un graphisme général finalement plus propre. De plus, il est plus facile de prise en main et plus fun, donc on ne peut que souhaiter à ce subtile mélange entre Counter Strike et Onward de vraiment trouver son public sur le long terme.

Rendez-vous à la sortie de la version finale pour une mise à jour de ce test.


Config de test : Intel I7 6700, GTX 1080, 16Go de ram
Les points forts
  • Fun et dynamique
  • Techniquement déjà propre
  • Son coté arcade qui plaira a beaucoup
Les points faibles
  • Manque de contenue en Early Access
  • Des bots totalement débiles
Pavlov VR sur ETR Apps
Un jeu de guerre multijoueur en réalité virtuelle.
Avis ETR          Avis des lecteurs


Tag(s) associé(s) : Actualité, Test
8 COMMENTAIRES

Connectez-vous pour commenter.