ETR.fr

   |   



Publié le 03/06/2018 à 09:30

Test – Budget Cuts : Découpons des robots à petit budget.

Développé et édité par Neat Corporation, Budget Cuts est un jeu d’action infiltration à base de téléportation et de lancer de couteaux. Sous ses airs de jeu gentillet aux graphismes enfantins se cache en fait un titre plutôt mature utilisant abondamment le RoomScale. Il faudra vous frayer un chemin à l’intérieur d’une entreprise remplie de robots qui ne vous veulent pas que du bien.
 

Préambule :


Tant de concepts nous ont émerveillé ou agréablement surpris au lancement de la VR. Budget Cuts, cette démo technique d’infiltration créée par la petite équipe de Neat Corporation, fait tout à fait partie de ceux-là. Cependant, la liste de tous ces jeux qui une fois arrivés à terme se sont retrouvés décevants, ou avec des concepts ayant mal vieilli, est plus que conséquente. Budget Cuts est resté longuement silencieux, très longuement, à tel point qu’on l’aura cru mort. Et parfois, c’est peut-être mieux ainsi. Il est sage d’abandonner une idée qui ne marche plus et qui finalement a fait son temps pour se consacrer à autre chose et éviter un massacre. Oui mais voilà, Budget Cuts a décidé d’aller tout de même au bout de ses idées pour arriver très très tardivement sur le marché, augmentant de facto les attentes. Une panoplie de jeux sortis dans tous les genres impose aujourd’hui une sorte de minimum qualitatif à atteindre beaucoup plus élevé qu’au lancement de la VR pour prétendre à être un bon jeu sur ce média. Ce qui devient forcément de plus en plus ardu à accomplir, voire, peut-être impossible avec un concept de l’âge de pierre de la VR.

C’est donc sans d’avantage de fioritures et de blabla pompeux et inutile, que j’ai le plaisir de vous faire suivre ce test de Budget Cuts.
 

Le meilleur jeu d’infiltration en VR ?


Ce qui caractérise un très bon jeu, c’est parfois le travail sur ses mécaniques bien huilées et intuitives voire innovantes, le tout dans un environnement bien travaillé en fonction.

On commencera donc par la téléportation, cette petite innovation qui permet de voir notre destination et tourner la caméra afin d’inspecter les lieux et repérer les rondes des ennemis. Cette simple subtilité avait d’ores et déjà fait mouche lors de la démo de 2016, mais a été revue un poil pour la version finale. Elle est maintenant une nouvelle forme de danger puisque les ennemis sont dorénavant capables de nous repérer et nous tirer dessus à partir de la fenêtre de sortie.
 
Je souhaite que les anti-téléportation, pour cause de perte d’immersion, trainant dans les parages, soient en partie rassurés. D’une part, elle est un atout majeur de gameplay et j’aurais du mal à imaginer ce jeu sans cette dernière tant le level design a été pensé pour. D’autre part, le mode de difficulté Extra est correctement calibré pour, et elle se justifie donc complètement. Enfin la fenêtre visible de sortie change radicalement la façon dont on ressent son utilisation, à la manière d’un Portal. Ce n’est pas juste un moyen de se déplacer pour éviter la cinétose, c’est bel et bien un outil et un élément de gameplay à part entière dont vous avez besoin.
 
 

On passera donc ensuite au lancer de couteau, c’est votre arme principale tout le long de l’aventure. Il est souvent ardu dans nombreux jeux VR de calibrer un lancer d’objet ou de grenade avec une physique souvent un peu douteuse et imprécise. Ce jeu ne déroge malheureusement pas à la règle. La physique des couteaux n’a pas évolué d’un iota depuis la démo et on a toujours cette impression de lancer un objet très léger qui a du mal à parcourir les distances. On préfèrera le quasi corps à corps pour ne pas rater ses tirs.
 
Mais la plus grande réussite du titre reste pour moi l’environnement. Un bon nombre de choix et de stratégies pour arriver à vos fins vous attendent. Les conduits de ventilation, les faux plafonds et autres chemins donnent franchement du plaisir au parcours.  Mon plus grand intérêt restera de traverser le titre sans tuer aucun robot et bien évidement sans se faire repérer, dans le mode de difficulté Extra.
 

L’un des meilleurs jeux d’infiltration, grâce à la VR ?


Ce qui caractérise souvent un très bon jeu, c’est parfois sa capacité à nous immerger et nous maintenir sous pression. Ces moments intenses qui resteront dans les mémoires avec le temps. Grace à la VR, Budget Cuts est une expérience d’infiltration que l’on joue mais surtout que l’on vit. Ame sensible s’abstenir, vous ne dirigez plus ici un vieux mal rasé ou un chauve à la 3ème personne de façon détachée. C’en est fini d’être le spectateur extérieur d’une histoire parfois alambiquée. Vous êtes cette fois véritablement l’infiltré.
 
Même pour le joueur confirmé que je suis, qui reste de marbre sur la plupart des jeux d’horreur du marché et zen dans la plupart des situationde stress en infiltration, je peux vous assurer que j’ai eu quelques pics d’adrénaline grisants. Notamment sur la fin du jeu un peu plus dur, à cause des petits moments de panique ou l'on se fait repérer involontairement.  Et à vouloir se déplacer ou esquiver avec de trop grands pas certains enemis du jeu j'aurai donc percuté les murs avec les manettes. Chose qui m’arrive rarement en VR d’habitude vu la bonne conscience de mon environnement et le recul général par rapport aux jeux que je possède.

Les robots qui vous surprennent dans votre dos, le fait de vous cacher sous les bureaux tel un gosse de 6 ans, les musiques qui vous mettent la pression, tout un tas de petites choses vont vous émoustiller d’une façon ou d’une autre. La VR avec une utilisation majeure du RoomScale combinée à la difficulté Extra risque fort de vous plonger comme jamais dans l’aventure.

Il est important de savoir que tous les Robots vous One-shot. Et si le temps de détection est large et que vous pouvez bien évidement les semer, une seconde de trop à bafouiller sur vos choix possibles, un couteau raté ou un mauvais tire de portail risque fort de vous être fatal et de vous renvoyer au checkpoint précédent. Il faudra d’ailleurs bien installer ce jeu sur un disque dur en SSD, car c’est de 20 à 30 secondes de chargement en punition qui vous attendent au tournant en cas d’échec (dans notre version test Presse). Redoublant cette volonté en vous de ne pas foncer tête baissée et de bien analyser chaque situation. La patience est la clé, et si vous n’en avez pas/plus, et bien c’est comme avec les enfants en bas âge, vous serez obligé de la réapprendre.

Je tiens à préciser que je n’ai pas trouvé le jeu dur, pouvoir désarmer les ennemis est sans doute de trop, et il m’aura fallu à peu près 4H pour en venir à bout (nos confrères de Road To VR en annonce 9). Sa véritable difficulté réside à mon sens dans la recherche d’élements dans l’environnement pour résoudre des mini puzzles et ceci pourra en énerver plus d’un. Le jeu vous laisse quelques indices mais certaines actions et instructions ne sont pas toujours très claires ni explicites.
 

Le meilleur jeu VR tout court ?… ou pas… !


Ce qui caractérise souvent un très bon jeu, c’est parfois un scénario et un rythme qui vous tiennent en haleine constante et dont vous souhaitez connaitre les moindres détails. S’il y a bien une chose dont on se contre-foutait depuis la démo de 2016, c’est bien d’avoir un scénario à suivre dans ce jeu d’action infiltration. Et comme je le dis souvent, il vaut mieux assumer d’avoir à sauver la princesse et faire dans l’efficace, plutôt que de nous gonfler avec des blablas inutiles, des péripéties et conclusions qui n’ont aucun sens et qui sont même parfois pathétiques et navrantes.
 
Ce que l’on n’avait absolument pas vu venir, c’est que Budget Cuts a une histoire à nous raconter. Les humains semblent disparaitre petit à petit de l’entreprise et il va falloir trouver pourquoi et surtout fuir de cet endroit. C’est ici que démarre l’intrigue : tel Néo, vous recevez à votre boulot le coup de fil qui va changer votre vie. Votre Morpheus à vous (Winta) aura d’ailleurs la sagesse de ne jamais vous prendre la tête, et de ne parler qu’en cas de réel besoin.

Si le titre est rempli d’humour pince sans rire sur les pancartes, avec de nombreuses citations détournées de leur sens et de nombreux dialogues amusants, il faudra cependant maitriser l’anglais pour en profiter. Le jeu a quand même la bonne idée de vous faxer des dessins en supplément des dialogues pour vos missions. Mais soyons clair, celles-ci manquent de saveur et une partie du scénario n’a pour moi aucun sens. Il vous arrivera de tourner en rond et aucune de ces missions ne se démarque vraiment les unes des autres. En difficulté Normal ou Extra, contrairement au concentré réussi de la démo de 2016, le jeu manque de rythme et d’ennemis. Je vous conseille donc la difficulté Extra immédiatement, les robots seront simplement un peu plus réactifs et ce ne sera pas de trop pour vous immerger. Si vous espériez retrouver l’arbalette ou les tourelles de détection à éviter, sachez qu’un certain nombre de bonnes idées ont disparu avec les années.
 

Beau comme un robot !


Ce qui caractérise souvent un très bon jeu, c’est parfois une DA sublime et des graphismes à tomber par terre avec une technique au point. Budget Cuts s’en sort honorablement sur ces divers éléments. Des animations en passant par les décors, le tout est plutôt réussi et suffisamment propre pour vous faire plaisir dans l’aventure. On voit d'ailleurs pas mal de jeu de couleurs entre les zones afin de se repérer plus facilement. On trouve énormément de choses interactives, bien que l’on pestera sur le fait qu’il y ait beaucoup à fouiller mais bien trop peu de chose à trouver. Les lettres découvertes entre employés sont sensiblement peu intéressantes et l'utilité des statuettes cachés reste anecdotique. 

Là où le bât blesse dans notre version test Presse, ce sont donc les temps de chargement mal optimisés, du stuttering parfois présent, certaines textures qui pop. J’ai encaissé de gros ralentissements sur certaines zones malgré mon matos et la zone Mainframe avait de gros problèmes d’affichage. Je n’avais de toute façon aucun paramètre de réglage. J’ai également pu voir quelques robots mongoliser dans des murs ou avoir quelques soucis de physique une fois neutralisés. Une musique à la fin m’a également cassé les oreilles à ne plus vouloir s’arrêter alors que j’avais conclu la situation. On n’en tiendra cependant pas rigueur sur ce test, étant donné que notre version Presse n’est pas la version définitive et que l’on peut estimer (ou au moins espérer) au vu de leur annonce d’un nouveau report, qu’ils auront corrigé tout ça pour la version finale.
 
Dans tous les cas, même avec ces défauts que vous n’aurez sans doute pas, j’ai passé un excellent moment sur un titre qui a une durée de vie que je qualifierai de correcte, car elle est dépendante de votre façon de jouer. Et cela reste sans hésiter, l'un des meilleures jeux VR disponibles à ce jour. Je regrette cependant l’absence de scorring et le manque d’ennemis pour me mettre véritablement la pression. Et la fin du jeu m’a malheureusement laissé sur ma faim.
Les points forts
  • Nombreux choix de chemins
  • L’humour omniprésent
  • Joli et bien animé
  • L’infiltration en VR
Les points faibles
  • Le lancer de couteau perturbant
  • Narration mollassonne
  • Uniquement en anglais
  • Pas d’éditeur de niveau

Conclusion

Il suffisait de rajouter 4 à 6 heures de contenu et un éditeur de niveau à la démo de Budget Cuts sortie en 2016 pour faire un jeu VR parfait. Neat Corporation a bien rajouté au moins 4h, mais le rythme n’est plus là. Ils ont cependant lissé le visuel mais aussi amélioré la DA et ont fait les ajustements d’anti-triche nécessaire au système de jeu, le tout saupoudré d’un humour qui m’a beaucoup plu. Proposant une téléportation unique en son genre qui se justifie totalement en jeu, une difficulté Extra vous apportant des pics de tension et d’adrénaline, le titre de Neat Corporation reste un bon cran au dessus de la moyenne. Bien qu’un certain nombre de défauts soient présents et que le jeu ne comble pas toutes mes attentes, on a toujours affaire ici au meilleur jeu d’infiltration VR disponible à ce jour.

Config de test: I7 6700, GTX 1080, 16 Go de ram et HTC Vive
 
Budget Cuts sur ETR Apps
Un jeu d'infiltration en réalité virtuelle dans un univers bourré d'humour et de robots.
Avis ETR
HTC Vive
(lire le test)
Vos avis
Mots-Clés ActualitéTest
Publié par
Staff ETR

MESSAGES (34)

Intéragissez avec la communauté
   Les Forums
Publicité
VR Cover
Le Tchat
  
Publicité

© 2013-2018 ETR | Tous droits réservés               Nos partenaires :
Version Mobile