ETR.fr

   |   

En vous inscrivant, vous acceptez qu'ETR.fr conserve votre identifiant, votre adresse mail et votre adresse IP durant une durée de 6 ans après la dernière connexion.



Publié le 11/03/2019 à 23:42

Test - Carly and the Reaperman : Escape from the Underworld

Développé et édité par Odd Raven Studios, Carly nous propose un jeu de plateforme coopératif et asymétrique en VR. Complètement pensé pour le jeu à deux, il vous permettra de parcourir de très nombreux niveaux plus malins les uns que les autres et peut-être de faire un peu plus connaissance avec vous-même et votre partenaire de jeu.
 

un gameplay asymétrique efficace


Si le design est globalement plutôt simpliste, c’est sans doute la seule chose que vous trouverez comme tel une fois que vous aurez attaqué le titre. En effet, les premières impressions que peuvent donner les différents trailers sont trompeuses. Carly peut sembler gentillet au premier abord mais il n’en est rien. Si le jeu est accessible à tous au départ, Carly reste un Plateformer qui vous demandera petit à petit demaîtriser ce que vous faites, et ce pour les deux joueurs.

Partant d’un gameplay assez simple à la manette 360 devant l’écran, Carly saute et peut activer des leviers et ce sera là ses principales fonctions. Il faudra que le second joueur lui trace au fur et à mesure son chemin en déplaçant des éléments pour l’aider à atteindre les divers objectifs. Et le second joueur, s’il a des taches moins ardues à faire, reste la base de la réussite et doit lui, bien analyser les divers environnements. Autant le dire tout de suite, ce double gameplay fonctionne à merveille et permettra à un second joueur moins avisé en plateforme de se faire plaisir à jouer. Tout comme il permettra à un joueur expérimenté de ne pas s’ennuyer non plus.
 

La récolte


Point de double jump ou de bonus au fil du temps, le gameplay et les règles restent quasiment les mêmes tout au long de l’aventure. Vous aurez pour mission de sauver des petits êtres et il faudra attraper des Lum’s pour avoir accès aux divers tableaux suivants. Si vous n’en avez pas attrapé assez, il faudra donc retourner les chercher et mieux analyser votre environnement. Vous connaîtrez par contre cette fois les dangers et avec la maîtrise des niveaux, aurez plus de facilité à attraper ce qu’il vous manque.

Point de générosité gratuite ici, arrivé au troisième stage, vous allez vite vous rendre compte que les Lum’s que vous avez à récolter ne sont pas à prendre à la légère et qu’une fois repérés, il est impératif de ne pas les rater pour avancer dans le jeu. Cela augmente vite de ce fait la difficulté générale, surtout avec des niveaux basés sur la vitesse et le temps. Car oui, Carly a le bon goût de se rafraîchir suffisamment souvent dans tout ce qu’il propose.

Si quelques bugs ont parfois fait leur apparition, et que j’ai même fini une fois coincé et que je n’ai pas eu d’autre choix que de relancer le jeu, Carly est globalement propre et votre personnage sautille de bloc en bloc comme il se doit. Assez peu de défauts physiques bien que le jeu en use et en abuse abondamment et demandera au joueur dans le casque tout comme à celui avec la manette de bonnes doses de dextérité.
 

Connais toi toi-même et ton co-équipier


Ce qui sera le plus drôle dans Carly, ce n’est certainement pas son scénario complètement dispensable et difficile à lire dans les casques VR de première génération (heureusement peu garni). Ce qui sera drôle, ce sont les échanges entre vous et votre partenaire, votre capacité à communiquer de façon juste, et à vous comprendre l’un et l’autre. Et les développeurs seront absolument maléfiques sur ce sujet, ils jouent avec brio de cette situation avec de nombreuses trouvailles. Outre le fait de risquer de vous mettre la tension quand l’un ne fait pas ce que l’autre attend et vice versa, ce qui mène à une mort certaine du personnage, le titre de Odd Raven Studios vous fera des pièges et vous opposera des énigmes un poil sournoises.

Et c’est là où toutes vos facultés de communication seront mises à rude épreuve dans le tandem. C’est absolument génial de se rendre compte au bout d’un moment, suite à la difficulté, que chacun des joueurs a en fait raison. Chacun des participants aura parfois une chose différente sous ses yeux, et la difficulté trouvera alors une solution évidente et simple grâce à la communication. Là où une mauvaise communication pourra vous pousser à vous énerver l’un contre l’autre. Carly est sans aucun doute pour la paix des ménages ^^, il est peut-être bien en tout cas un rituel social très intéressant sur ce point et vous pourrez y tester l’état réel de votre relation avec vos amis et votre couple.
 

Contenu Solide mais...


On peste souvent sur ces jeux VR qui ne sont que des expériences, et bien sachez très clairement que Carly and The Reapearman ne fait absolument pas partie de ceux-là. Avec deux joueurs de bon niveau, c’est une bonne dizaine d’heures qui vous attendent ici-bas. Dizaine d’heures qui pourront tout aussi bien monter à 20 si l’un des deux partenaires est moins habitué aux jeux vidéo. Sachant que quel que soit le gameplay, chacun y trouvera vraiment son compte, que ce soit la partie VR ou la partie écran à la manette, le tout fonctionne vraiment bien.

Cela étant, il pourra arriver de rester bloqué dû au fait de ne pas avoir vu une porte ou de ne pas comprendre où vous aviez bien pu rater des Lum’s et l'exploration manque un peu d’aide ou d’indice par moment, ce qui est parfois assez frustrant. Vous recommencerez un certain nombre de niveaux pour rien, ce qui n’est pas forcément du goût de tous.

Si on apprécie sa difficulté globalement bien dosée, il lui manque manque cette ergonomie et cette maîtrise de la construction qui font que les choses se passent d’avantage comme sur des roulettes. Enfin, sachez que via une mise à jour recente, vous pourrez finir le jeu en solo en cas de cracage psychologique d'un des deux joueurs.
 
Les points forts
  • Gameplay asymétrique bien pensé
  • Un rafraîchissement des niveaux et phases de jeu
  • Vous connaîtrez d’avantage votre partenaire de jeu
  • Durée de vie au top
Les points faibles
  • Graphisme un peu léger
  • On refait des niveaux pourtant soldés
  • Quelques bugs ici et là
  • Manque parfois d’aide et d’indice

Conclusion

Carly and The Reaperman est un bon jeu de plateforme qui ne paye pas de mine. Son gameplay asymétrique fait mouche et sa difficulté progressive et ardue raviront plus d’un joueur. Malin à bien des égards, le titre arrive à se rafraîchir assez souvent pour que l’ennui ne soit jamais au rendez-vous quel que soit le joueur que vous êtes (dans le casque ou devant l’écran de PC). Il pousse également à bien connaitre son compagnon d’arme et titille au maximum le besoin de communication entre les deux joueurs, ce qui est juste génial. Au delà de ses graphismes un peu légers, le titre a cependant quelques lacunes de construction qui bloquent même des joueurs expérimentés, et poussent à refaire des niveaux pourtant complétés à 100%.

Config de test: I7 6700, GTX 1080, 16 Go de ram et Pimax
 
Carly and the Reaperman: Escape from the Underworld sur ETR Apps
Maîtrisez la plate-forme pour éviter les dangers, résoudre des énigmes et construire votre chemin à travers l'Underworld dans ce jeu multijoueur coopératif.
Avis ETR
Oculus Rift
(lire le test)
Vos avis
Publié par
Staff ETR

MESSAGES (2)

Intéragissez avec la communauté
   Les Forums
Publicité
Publicité

© 2013-2018 ETR | Tous droits réservés               Nos partenaires :
Version Mobile