ETR.fr

   |   

En vous inscrivant, vous acceptez qu'ETR.fr conserve votre identifiant, votre adresse mail et votre adresse IP durant une durée de 6 ans après la dernière connexion.



Publié le 04/06/2019 à 19:30

Test - Viveport Infinity : le Netflix du jeu vidéo VR

Hello les amis, j’ai testé pour vous le Viveport Infinity, nouveau concurrent dans les stores de jeu VR. Viveport Infinity fait face au mastodonte Steam et au grandissant Oculus Store, mais ce dernier a la bonne idée de proposer du neuf par rapport au deux autres. Un abonnement mensuel de 15 euros par mois vous permettra d’accéder à l’intégralité du catalogue (ou presque). Alors ? Arnaque ou bonne affaire ? Mon verdict.
 

Une nouvelle offre !


Commençons par le commencement, à savoir, quel type d’utilisateur je suis : quelqu’un de consciencieux en informatique, qui aime que sa bécane tourne. Installer un millier de soft et venir chougner par la suite que plus rien ne marche, avoir plein de problèmes de conflit et de baisse de performance ou autre n’est pas ma tasse de thé. De ce fait, sachez par exemple que Uplay est considéré ni plus ni moins comme un virus chez moi. Intrusif, lourd, mal branlé et gênant dans la plupart des cas, il a dégagé plus vite qu’il n’a été installé et je préfère faire une croix sur les jeux qu’il propose plutôt que de flinguer mon PC avec.

Donc, bien que je sois pour la concurrence (si elle est bénéfique) et que je n’ai pas de problème à changer mes habitudes en soi, il faut que ce soit par contre fait correctement. Viveport Infinity est donc testé en toute bonne volonté mais avec certaines réserves et un minima d’attentes d’emblée qui pouvaient très vite mener au carton rouge. J’ai également environ 200 jeux VR à mon actif ce qui limite de facto les possibilités de l’offre à me convenir et Viveport Infinity devra donc bel et bien prouver sa valeur.
 

Son fonctionnement


Simple et efficace, vous allez sur le site, vous créez un compte, et vous téléchargez l’application. S’en suit la recherche des jeux dans le store et/ou des applications dans un onglet différent. L’interface est plutôt correcte, assez épurée pour qu’on s’y retrouve facilement. J’apprécie ne pas en avoir de partout et que le tout ne soit pas indigeste. Divers classements sont disponibles, par nom, par note, par popularité, par type de jeu ; j’ai trouvé les méthodes de tri plutôt correctes, mais certains jeux n’ont pour le moment qu’une seule note et finissent en haut du tableau sans en avoir la carrure.

D’autre part, premier carton jaune, tous les jeux ne sont pas disponibles en mode Infinity. Certains titres indispensables, comme Super Hot VR, vous réclament des déniers et restent donc payants (aïe !). Voici la liste de titres notables disponibles sur le store mais pas avec l’abonnement :
Arizona Sunshine, SuperHot, Moss, Budget Cuts, Sairento, LA Noire, Fisherman Tales, The Mage Tales, Karnage Chronicles, Aeon.

Même s’ils sont du coup disponibles définitivement et qu’il y a parfois le double des ristournes dû à votre abonnement, ça reste clairement moche pour le service. Exit Beat Saber également, que ce soit en gratuit ou en payant, le titre ne figure tout simplement pas sur le store.

Mais je ne suis fondamentalement pas là pour juger ce qu’il ne propose pas (encore ?) mais ce que l’offre vous permet de faire. Et donc je commence à DL des jeux, que je n’ai pas encore testé. On clique sur les jeux voulus et les voilà intégrés automatiquement dans la section « Catalogue ». Vous pourrez voir la progression des téléchargements et les mettre en pause. Vous aurez également accès à tous vos jeux Steam par ce biais puisque votre compte Viveport Infinity sera lié au compte Steam à l’inscription et fonctionne en parfaite harmonie avec Steam VR. De ce fait, tous les casques (Pimax et Oculus Rift S inclus) fonctionnent nativement et sans anicroche avec le système.
Une chose m’aura cependant gêné, dû à la jeunesse du service sans doute, il est impossible de régler ou en tout cas de limiter la vitesse de download des jeux. De ce fait, Viveport Infinity télécharge certes les jeux à la vitesse maximale de ma connexion, ce qui est plutôt une bonne nouvelle sur l’efficacité des serveurs, mais pompe également l’intégralité de ma bande passante, et je ne peux alors plus faire grand-chose, même afficher les jeux du store devient un calvaire n’ayant plus un brin de connexion disponible. Il faut donc lancer les téléchargements à un moment où vous n’êtes pas là.
 

L’offre et son contenu


Viveport Infinity annonce plus de 800 jeux disponibles à votre actif, dont 500 avec l’abonnement Infinity, et certaines exclus comme une expérience Game Of Thrones. Comparé au catalogue du PSVR (environ 300 jeux à cette date) par exemple, c’est déjà plus qu’honnête. Bien évidemment, plus il y a de jeux, plus il y a de bouses disponibles. Viveport Infinity, tout comme Steam et Oculus Store, n’y échappe pas. La vraie question est donc : est-ce que pour les 15 euros mensuels demandés, j’en aurai pour mon argent ? Est-ce qu’il y a suffisamment de bons jeux sur ce store ? Et bien moi qui ait pourtant moult jeux à mon actif et pourrait être totalement de marbre devant cette offre, je peux vous certifier que oui.

Alors oui, il manque certains grands titres indispensables à la VR, mais vous ne faites pas une demande en mariage à ce store. Et il n’est pas censé être votre unique biais d’accès aux jeux vidéo VR et ce jusqu’à ce que la mort vous sépare. D’ailleurs, j’ai souvent tendance à garder en mémoire cette maxime : « on ne payera jamais aussi cher quelque chose obtenu gratuitement ». En termes plus clairs, quand l’offre est trop alléchante voire gratuite, il y a souvent baleine sous le galet et une grosse arnaque ou un piège vous pend au nez.

Je m’attendais donc à une bonne grosse DarkPatern qui consisterait à vous rendre très difficile le désabonnement au service (essayez donc de supprimer votre compte Amazon, vous allez vous amuser un moment). Et bien cette crainte a été absoute, il est plutôt facile de désactiver son compte et son abonnement. Si vous le faites plus tôt que prévu pour être sûr de ne pas rater la date, le store est bon joueur et vous laisse votre accès à tout son contenu jusqu’à la fin de la date officielle (même si vous bénéficiez d’une offre gratuite).

Et les jeux proposés alors, il y a quoi ? Même si je ne suis pas fan de ce genre de procédé qui consiste souvent à se rassurer sur les forums, je vous propose donc une liste non exhaustive, de tous les titres que je considère honorables et qui pourront plaire au plus grand nombre. Si vous faites les jeux une fois et n’y retournez plus jamais par la suite, vous en aurez donc très largement pour votre argent. (Prison Boss VR que j’ai découvert via ce biais fera l’affaire à lui seul par exemple pour un mois de test).
Je terminerai donc par ceci, Viveport Infinity offre toujours deux semaines gratuites d’essai à son service, et avec un Rift S ou un Valve Index récemment acquis, vous pouvez même bénéficier de deux mois gratuits, profitez-en tant qu’il en est encore temps !
 


Conclusion

Viveport Infinity est un store naissant qui propose du nouveau, et ce de façon tout à fait honnête, il tente tout simplement d’être à terme le Netflix de la VR. Pour 15 euros mensuels, que vous pouvez stopper à tout moment (facilement), vous avez accès à une liste de jeux déjà honorable qui va se compléter au fil du temps. Ce service m’a permis de découvrir des jeux que je n’aurais sans doute jamais faits autrement. On regrettera cependant l’absence de certains titres essentiels en VR, et l’incapacité pour le moment, à limiter la bande passante en téléchargement. Passé ça, anciens joueurs expérimentés et surtout nouveaux arrivants pourront trouver ici une offre tout à fait intéressante, permettant, pendant un temps en tout cas, de parcourir de nombreux jeux VR avec un coût total en location défiant toute concurrence.
 
Oculus Rift S
Vos avis  proposer un avis 
Mots-Clés Test
Publié par
Staff ETR

MESSAGES (2)

Intéragissez avec la communauté
   Les Forums
Publicité
Publicité

© 2013-2018 ETR | Tous droits réservés               Nos partenaires :
Version Mobile