ETR.fr

   |   

En vous inscrivant, vous acceptez qu'ETR.fr conserve votre identifiant, votre adresse mail et votre adresse IP durant une durée de 6 ans après la dernière connexion.



Publié le 06/09/2019 à 21:35

Test : Shadow Point – Oculus Quest et PC passent à l’ombre

Shadow Point est un jeu d’aventure et d’énigmes développé par le studio Coatsink Software et édité par Oculus Studio. Vous incarnez Alex, un jeune garçon qui devra trouver une réponse à ce qui est arrivé à Lorna Mc Cabe, une jeune fille ayant disparu 12 ans plus tôt. Pour trouver des réponses, vous naviguerez entre un observatoire et un monde fantastique en constante évolution.
 

Un postulat simple et efficace


C’est à bord d’un téléphérique que vous vous rendrez à l’observatoire. Seul dans ce lieu abandonné, vous découvrirez un nouveau monde mystérieux. Tout d’abord très facile d’accès, c’est avec une douce musique que vous résoudrez vos premières énigmes. Il faudra parcourir de petites zones aux coloris chatoyants et agréables afin de trouver des éléments adéquats permettant de projeter des ombres sur certains murs. Une boite à musique dans le décor permettra de projeter par exemple une ombre carrée, puis rectangle une fois ouverte. Ce gameplay trop simple au premier abord gardera tout le long de l’aventure sa fraîcheur de départ. Le titre se complexifiera pas à pas avec une très grande maîtrise de la progression, mais surtout de très bonnes idées qui permettront à la fois de vous creuser les méninges mais en plus de découvrir les environnements de diverses façons.
 

Un univers à nombreuses facettes


Et parlons-en des environnements, du choix des textures en passant par le level design et la colorimétrie, tout est fignolé avec goût et un certain enchantement se dégage du tout. Entre du Pixar et du Ghibli, on ne se lassera pas vraiment de découvrir les nouvelles zones. Pour trouver vos pièces et pour pouvoir projeter vos ombres, le titre ne rate pas une occasion de vous faire redécouvrir les niveaux. Un miroir au mur vous reflètera des éléments différemment, certains passages de portes vous modifieront carrément l’environnement et des changements de gravité vous feront découvrir ça sous de nouveaux angles. Le tout en ayant toujours une volonté de changer le gameplay et votre vision du jeu.

C’est donc avec plaisir qu’on parcourra le jeu sans ennui tant il y a à découvrir. Comptez d’ailleurs entre 2H30 et 4H30 de durée de vie selon votre capacité à comprendre la logique du titre ; comme souvent malheureusement assez léger dans ce genre, si votre logique fait le travail. Seuls quelques rares titres comme The talos Principle seront capables de prouesses en durée de vie dans le domaine.  Mais on ne pestera pas autant sur la durée de vie que sur les interactions. Celles-ci sont rudimentaires, il n’y a finalement que très peu d’objets interactifs et cela rend donc l’exploration moins pertinente, limitant les possibilités et renforçant la trop grande linéarité du titre.

De plus, on ne peut prendre les objets que d’une seule façon et c’est parfois agaçant de devoir tourner son poignet de travers pour obtenir l’ombre souhaitée. Pour finir avec les soucis, une mauvaise TP qui vous met dans un décor bloquera vos déplacements, mais vous demandera de vous déplacer physiquement pour retourner dans la zone de jeu. Oui mais voilà, si dans le réel vous êtes proche d’un mur physique, c’est foutu, et il faudra alors relancer le jeu.
 

Ces petites forces que l’on apprécie


Au-delà de ces défauts, le titre sait se faire apprécier pour certains éléments parfois très simples, comme le fait d’avoir en simultané la téléportation et le déplacement libre. Un combo que j’affectionne tout particulièrement, permettant de changer à la volée le mode de déplacement selon la situation. Si le scénario est finalement très simple également, il a su ajouter une petite touche temporelle qui lui permet de faire la différence, peut-être même émouvoir certains d’entre vous, avec en prime, une possibilité de choix entre deux fins différentes. Enfin, le titre permettra également une position de jeu relax si vous ne souhaitez pas rester debout, il suffira d’aller dans les options et de choisir le mode assis qui calibrera la caméra en fonction.
 


Les points forts
  • Bande son vraiment agréable à l’oreille
  • Un visuel qui ne laisse pas indifférent
  • Traduit intégralement en français
  • De bonnes idées bien exploitées
Les points faibles
  • Un poil court comme toujours
  • Se planter dans un décor après une TP peut parfois être pénible

Conclusion

Dégageant une certaine magie malgré ses défauts, Shadow Point saura convaincre un certain nombre d’entre vous. Agréable à parcourir, à regarder, à écouter et possédant une courbe d’apprentissage maîtrisée, on passera un agréable moment dans cet univers fantastique qui change et se rafraîchit sur la durée.


Config de test: Oculus Quest 64 giga
 
Oculus Rift
(lire le test)
Vos avis
Mots-Clés enigmeAventureTest
Publié par
Staff ETR

MESSAGES (0)

Intéragissez avec la communauté
   Les Forums
Publicité
Publicité

© 2013-2018 ETR | Tous droits réservés               Nos partenaires :
Version Mobile