ETR.fr

   |   

En vous inscrivant, vous acceptez qu'ETR.fr conserve votre identifiant, votre adresse mail et votre adresse IP durant une durée de 6 ans après la dernière connexion.



Publié le 11/10/2019 à 19:21

Test – Vador Immortal épisode 2: Oculus Quest et PC en force

Second épisode d’une série disponible sur l’Oculus Store, Vador Immortal, développé et édité par Oculus Studio, vous propose un voyage scénarisé dans les tréfonds de la planète Mustafar afin de récupérer un cristal renfermant une énorme énergie.
 

Un scénario toujours sympa


Ce second épisode démarrera juste à la suite du premier opus. Vous faites face à Vador qui vous propose de le suivre et de vous enseigner les rudiments de la force pour pouvoir survivre. Un accord tacite est donc conduit entre les deux personnages, puisque si vous désobéissez, vous mourrez, mais si Vador vous tue, il se compliquera quand même bien la tâche pour récupérer ce qu’il convoite sur cette planète.

Vous vous enfoncerez donc toujours plus bas dans l’univers et découvrirez des structures de taille inattendue dans les profondeurs. Le tout dans une ambiance sombre qui mettra en avant les caractéristiques techniques Oled de l’Oculus Quest et qui permettra de passer ses défauts, comme le ScreenDoor ou encore le rendu fovéal, quasiment aux oubliettes.

Outre l’apprentissage de la force, et un rendez-vous pris avec un Rancor, vous pourrez à nouveau découvrir tout un tas de superbes animations et finitions qui rendent toujours aussi agréable le parcours.
 

Un mode solo trop convenu


Mais le parcours sera cette fois encore d’une très courte durée, d’une part vous connaissez les divers mécanismes employés ayant déjà effectué l’épisode 1, mais en plus le niveau est encore plus court que précédemment. Compter une 20n de minutes à peine et ce sans le moindre effort avec une avancée globalement moins maline que dans le précédent opus. Là où la découverte du sabre laser apportait cette épiphanie tant attendue du premier opus au milieu du parcours, la force nous est un peu balancée en plein milieu de la figure dès le départ et pas forcément exploitée des plus judicieusement.

Gardez à l’esprit que ça reste le pied en soit ^^ et qu’on prendra grand plaisir tout le long du solo à l’utiliser, mais j’ai trouvé l’épisode 1 mieux maîtrisé et mieux mis en scène.
Une bonne nouvelle, c’est que la partie en dessin, avec sans doute le logiciel d’Oculus, pour expliquer des évènements passés ou des rêves, n’est pas très longue cette fois. La mauvaise nouvelle est que ce procédé de narration est toujours là. On appréciera ou non le côté artistique de la chose via des traits qui s’ajoutent les uns après les autres, mais mon point de vue reste que ça n’a tout simplement rien à faire là et que ce n’est absolument pas du StarWars. Cela me sort littéralement de l’immersion face à tous les autres rendus maîtrisés aux petits oignons.
 

Parlons maintenant du vrai contenu


Qu’apporte le Dojo 2.0 ? Et bien à nouveau 40 missions, et nouvel opus oblige, on y rajoute la force. Et si j’ai cru au premier abord que le titre était plus facile à cause de ça, c’était une erreur et il faudra bien négocier pour avoir vos trois médailles à chaque fois. Vous en aurez sans aucun souci pour votre argent. Cumulant des monstres et des robots du premier opus à tuer, le titre propose des missions bien rodées et maîtrisées où l’on prendra littéralement son pied.

Outre le fait d’éclater les ennemis les uns contre les autres via la force, vous ferez double ou triple découpage en lancer de sabre, et activerez tantôt l’électricité, tantôt le ventilateur pour éclater les ennemis restants. Le pilier d’écrasement ne sera par contre pas nécessairement mon mécanisme favori, c’est celui qui demande le plus de précision dans le feu de l’action et qui se targue en prime d’avoir certains bugs.
Mais ne boudons pas notre plaisir, voilà encore 2 à 4h de jeu selon votre souhait à débloquer ou non l’intégralité des récompenses et des médailles par niveaux.

Et je vous propose donc pour finir une vidéo de gameplay.
Les points forts
  • Visuellement au top
  • La force
  • Le mode dojo
Les points faibles
  • Mode solo trop court
  • Toujours pas de second sabre
  • Pas de sous-titres FR
  • Les passages en dessin

Conclusion

Comme pour le premier opus, cette suite de Vador Immortal, malgré ses défauts, vaut son pesant d’or pour la plupart des fans de StarWars. Mais en prenant bien en compte le fait que la durée de vie se cache dans le Dojo. Car si ce dernier ne vous intéresse pas, sachez que le mode solo bien que fort sympathique, n’est pas suffisant à lui seul pour vous pousser à l’achat à plein tarif.
 
Oculus Rift
(lire le test)
Vos avis
Publié par
Staff ETR

MESSAGES (14)

Intéragissez avec la communauté
   Les Forums
Publicité
Publicité

© 2013-2018 ETR | Tous droits réservés               Nos partenaires :
Version Mobile